Truks en vrak

Accueil > 2011 > août > il faut sauver le soldat Manning

il faut sauver le soldat Manning

| ldh-toulon.net | samedi 13 août 2011

samedi 13 août 2011

Il y a un an, en juillet 2010, le site internet WikiLeaks publiait des milliers de documents secrets de l’armée américaine sur la guerre en Afghanistan. D’autres dossiers ont suivi concernant l’Irak, la diplomatie américaine, ou Guantanamo.

Le soldat américain Bradley Manning, âgé de 23 ans, est soupçonné d’avoir transmis des milliers de câbles diplomatiques américains au site WikiLeaks. Incarcéré aux Etats-Unis depuis le 29 juillet 2010, il est la seule personne officiellement inquiétée par la justice dans cette affaire, mais les autorités américaines veulent également poursuivre Julian Assange, fondateur du site.

Poursuivi pour 34 chefs d’accusation, dont la “collusion avec l’ennemi”, Bradley Manning risque la prison à vie. Ses conditions de détention sont mises en cause [1]. Dans un communiqué publié le 20 avril 2011, l’organisation Amnesty International a tenu à rappeler qu’il a le droit « d’être traité avec humanité et, en tant que prisonnier non encore condamné, [celui d’]être présumé innocent et d’être détenu dans des conditions les moins restrictives possibles [2] ». En avril dernier, il a été transféré du centre de détention militaire de Quantico (Virginie), vers celui, “plus approprié” – ? –, de Fort Leavenworth (Kansas).


Les conditions de détention du soldat Manning :
de la torture ?

Le Temps (Genève), le 13 août 2011 [3]

Une chose est sûre : depuis des mois, Washington aimerait voir passer à table le soldat Manning. Jusqu’ici, il a toujours nié avoir été encouragé par le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, à partager avec lui le trésor d’informations qu’il avait accumulé pendant son service en Irak. Or, sans cet aveu, Washington est dans l’incapacité de porter la moindre charge contre Assange pour avoir diffusé 250 000 documents secrets, dont les câbles diplomatiques embarrassants émanant des ambassades américaines.

Entre le porte-parole du Département d’Etat et le Pentagone, Barack Obama devait choisir. Il a opté pour les militaires : « Les conditions de détention sont appropriées et conformes aux standards. Ils (les militaires) m’ont assuré qu’elles l’étaient », s’exaspérait le président en répondant à une question.

George Bush, lui aussi, plaçait sa pleine confiance dans les méthodes des interrogatoires, notent les plus sceptiques. Parmi ceux-ci, l’élu de l’Ohio Dennis Kucinich a été le premier à tirer un éventuel parallèle entre la base militaire de Quantico où est détenu Bradley Manning, et la logique qui a amené au scandale de la prison d’Abou Ghraib ou à Guantanamo. « L’emprisonnement sans jugement, les conditions de détention, tout cela est conduit de manière irrégulière, estimait-il. Cela n’est pas défendable. Et cela devrait nous amener à nous poser des questions sur les motifs du gouvernement pour faire taire ceux qui ont des informations. »

Avant même la diffusion des documents qui ont fini de rendre célèbre WikiLeaks, Bradley Manning est soupçonné d’avoir transmis au site d’information une vidéo montrant la responsabilité de l’armée américaine dans un raid qui avait coûté la vie à plusieurs civils en Irak. Il y a quelques jours, le soldat a été inculpé de 22 chefs d’accusation supplémentaires, dont le plus sérieux est celui d’« aide à l’ennemi », ce qui pourrait lui valoir l’emprisonnement à perpétuité.

Il faut sauver le soldat Manning

A la Une du Canard enchaîné du 20 avril 2011

Arrêté il y neuf mois, et accusé d’être la source de WikiLeaks, le soldat américain Bradley Manning doit sérieusement envier la détention des islamistes du camp de Guantanamo.

Totalement isolé 23 heures sur 24, Manning a le droit de tourner en rond une heure dans une autre pièce de la prison. Pas de promenade, pas de cour grillagée, pas de ciel. Quand la nuit arrive, il est privé de vêtements et doit dormir nu. Et c’est nu aussi qu’il sort dans le couloir au matin pour l’appel, visage tourné contre la porte de sa cellule.

Jour et nuit, les gardiens lui posent une seule et même question : "Etes-vous OK ?" On le tire même plusieurs fois de son sommeil pour qu’il puisse y répondre. Et seul le "oui" lui est autorisé.

Ces conditions de détention correspondent à la "sécurité maximale de prévention du suicide" mise en place dans les prisons américaines. Si le président Obama a estimé que ces mesures étaient "appropriées", le New York Times, dans un éditorial, comme des centaines d’universitaires, chercheurs et juristes ont dénoncé ce qu’ils considèrent comme des "conditions inhumaines, dégradantes, illégales et immorales".

Le soldat Manning ne sait pas combien de temps il sera détenu. Aucune date n’a été fixée pour son procès. Ce n’est plus une détention, c’est une leçon donnée aux petits malins qui s’amuseraient avec les secrets d’État.

Notes

[1] Voir le site de son comité de soutien : http://www.bradleymanning.org/,


Voir en ligne : il faut sauver le soldat Manning

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.