Truks en vrak

Accueil > Gers > Pour la défense des hôpitaux et Maternités de proximité en Midi (...)

Pour la défense des hôpitaux et Maternités de proximité en Midi Pyrénées

Comité Gersois pour le Développement et la Défense de l’Hôpital public | dimanche 16 décembre 2012

jeudi 20 décembre 2012

Déclaration de presse des comités de défense des hôpitaux et
Maternités de proximité en Midi Pyrénées

| Comité Gersois pour le Développement et la Défense de l’Hôpital public | dimanche 16 décembre 2012

Auch le 16 décembre 2012


Déclaration de presse des comités de défense des hôpitaux et
Maternités de proximité en Midi Pyrénées



Le Programme Régional Santé (PRS) pour la région, que X Chastel DG de l’ARS Midi-Pyrénées prétend imposer le cap pour les 5 ans à venir c’est encore plus d’autoritarisme, de régression et l’aggravations des conditions d’accès aux soins,.


Nommé par la droite, X Chastel est allé jusqu’au bout de sa mission fixé par N Sarkozy, à savoir réorganiser à la baisse le système régional de santé avec le Programme Régional de Santé (PRS) en Midi Pyrénées. Nous regrettons que ce serviteur zélé du libéralisme et de la marchandisation de la santé ai eu jusqu’au dernier moment, sous un gouvernement PS et EELV, les mains libres pour commettre et continuer ses forfaits.

S’appuyant sur les différentes rencontres organisées avec des participants « choisis par lui », il revendique la contribution à l’élaboration du PRS d’à peine 2000 personnes, parmi les dizaines de milliers acteurs de santé dans toute la région.

La réalité est toute autre, notamment sur la participation des usagers. Si les associations de malades, les organisations syndicales de salariés ont pu effectivement avoir un peu le droit à la parole, ce n’est pas pour autant que leurs avis, leurs propositions ont été pris en compte, loin s’en faut. Pour ce qui est des associations d’usagers, elles furent purement et simplement écartées de tous les débats et des instances de concertation.
Pour autant les mobilisations citoyennes ont permis d’imposer d’autres choix, par exemple la conservation de la maternité de Saint-Girons, un moratoire pour Lourdes-Tarbes, le maintien pour 4 ans des maternités et chirurgie de Saint-Affrique et Decazeville, le maintien du service de médecine à Mauvezin.
Ignorant les oppositions des usagers, médecins et élus les plans de retour à l’équilibre se poursuivent comme à Saint-Affrique, Sarlat, Albi, Auch, Millau, Condom. Dans de nombreux autres endroits c’est la diminution de l’offre de soin avec la fermeture de service comme au Bon Sauveur à Albi (service des laryngectomisés), les urgences de la polyclinique de lamine à Carmaux...qui est imposée. Le plus souvent nous assistons la suppression de lits dans l’ensemble des services particulièrement en médecine. Le drame Figeac a mis en avant la cruelle réalité des déserts obstétriques dans notre région.
Que dire des votes négatifs sur le PRS, du Conseil Régional et de la plupart des Conseils Généraux de Midi Pyrénées, des conférences de santé dans les départements, des communes concernées.

Que dire également des revendications de plus de moyens financiers, matériels et en personnels portées par les personnels hospitaliers et totalement ignorées.

Ces exemples montrent tout le mépris qu’a exprimé Mr X Chastel, tout le long de son passage à l’ARS, vis-à-vis des usagers, des professionnels, des élus républicains.

Il prétend, dans la presse, s’appuyer sur un vote majoritaire du conseil de surveillance de l’ARS. La réalité est tout autre, seulement 12 membres sur 24 étaient présents, dont 4 représentants de l’administration qui avaient chacun 3 pouvoirs. Voilà pour la démocratie façon X Chastel.

En réalité ce qui est reproché au P.R.S concocté et imposé par X Chastel, c’est qu’il entend imposer la réorganisation de notre service de santé, sans tenir compte de certains critères objectifs, les besoins de santé, du droit d’accès aux soins partout, de la pénurie médicale, des moyens et conditions de déplacements, des moyens financiers de la population, mais aussi des collectivités locales, de toutes les formes de précarités, des projets d’aménagement des territoires.

Ce qui est au cœur du P.R.S, c’est avant tout la réduction des moyens financiers à tous les niveaux. Certainement pas l’intérêt des patients.

C’est la démarche politique qui a prévalue sous X Chastel.

Comment un tel projet pourra-t-il vivre avec autant de décalage entre ses objectifs et la réalité, entre l’ARS et des acteurs de terrains qui l’ont rejeté ?

Nous réclamons la mise en place d’un moratoire sur l’ensemble de la région concernant les projets de réorganisation de l’organisation sanitaire et hospitalière. C’est ce que demande, au niveau national la Coordination Nationale, la Fédération Hospitalière de France et de nombreuses organisations syndicales et professionnelles.

La ministre de la santé devant la gravité du P.R.S doit ordonner à la nouvelle directrice de l’ARS de Midi-Pyrénées de suspendre tous les plans de fermeture de service et d’établissements, les plans de retour à l’équilibre et les réorganisations régressives pour le droit d’accès aux soins qu’ils imposent. Nous lui demandons qu’elle engage sans tarder un vaste débat avec l’ensemble des acteurs régionaux dont les associations d’usagers jusqu’à présent ignorées.

Ce débat doit permettre de dresser par département un bilan objectif de l’existant, de ses atouts et de ses faiblesses. Ensuite dans une cohérence régionale d’élaborer des propositions constructives basées sur une étude, s’appuyant sur l’ensemble des travaux des chercheurs, des démographes, des sociologues, d’épidémiologistes. Doivent y être associés démocratiquement les professionnels de la santé, élus et usagers.

De ces travaux doivent émaner une évaluations et une identification des besoins de santé sur toute la région, une régulation des installations de généralistes et de spécialistes, des besoins d’assistants partagés avec le CHU dans les hôpitaux manquant de spécialistes...., l’augmentation du numérus clausus, en particulier dans les spécialités qui vont voir le nombre de praticiens s’effondrer dans les 10 ans qui viennent.

Nous ne pouvons envisager que le gouvernement, les élus de gauche majoritaires ou pas au conseil régional, dans les départements, les communes laissent les orientations de la politique de santé de N Sarkozy dominer les choix actuels et à venir


Les représentants de la Coordination nationale
des comités de défense des hôpitaux et
maternités de proximité en Midi Pyrénées

Geneviève Estibal Comité de Lannemezan et Jean Claude Marx Comité du Gers





- Comité Gersois pour le Développement et la Défense de l’Hôpital public
BP 97 - 32000 Auch Cedex - www.gers-sante.org - comite@gers-santé.org - Association régie par la loi de 1901

Marx Jean Claude
0562666292 - 0674145232

Membre de la coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité.

Association nationale agréée par le ministère de la santé

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.