Truks en vrak

Accueil > 2010 > décembre > Les truands, les malfrats et les mafieux n’habitent pas tous en (...)

Les truands, les malfrats et les mafieux n’habitent pas tous en banlieue...

Lionel Laparade | ladepeche.fr | 24 décembre 2010

jeudi 30 décembre 2010

Un responsable de l’UMP 31 a été placé en garde à vue puis mis en examen dans le cadre de la double enquête menée sur les délits « d’escroquerie à la carte bancaire volée » et « piratage informatique » commis au préjudice de deux ex-cadres du parti.

L’enquête menée par les policiers toulousains sur les délits « d’escroquerie à la carte bancaire volée » et de « piratage informatique » à l’UMP 31, a abouti à l’interpellation d’un suspect qui a été mis en examen vendredi dernier, à l’issue de 48 heures de garde à vue. Comme nous l’indiquions dans notre édition du 21 décembre, l’auteur présumé de ces actes délictueux commis à l’encontre de Christian Raynal, ex-secrétaire départemental, et Christine de Veyrac, ex-présidente de la fédération de Haute-Garonne du mouvement politique, serait issu des rangs de l’UMP 31. Selon nos informations, le jeune homme soupçonné d’avoir acheté pour environ 7000 € d’articles divers sur internet avec la carte bancaire de M. Raynal en septembre 2009, puis d’avoir installé un programme espion dans l’ordinateur du bureau de Mme de Veyrac courant 2010, serait même un responsable de l’état-major toulousain du parti présidentiel. A ce jour, en dépit des graves accusations portées contre lui, il n’aurait pas été démis de ses fonctions par Paris, fût-ce à titre provisoire, jusqu’à sa condamnation ou sa relaxe.

On apprend, de source proche de l’enquête, que l’essentiel du butin acquis frauduleusement sur internet aurait été retrouvé aux domiciles du suspect et d’un complice. En revanche, les policiers du SRPJ s’interrogeraient toujours sur les raisons qui ont poussé le jeune homme à pirater l’ordinateur de l’eurodéputée et chercheraient à déterminer pour quels intérêts il aurait agi.

Colistier de Brigitte Barèges aux dernières élections régionales, chargé de mission auprès du groupe « Osons Midi-Pyrénées » présidé par la députée-maire de Montauban au conseil régional, le suspect aurait introduit un programme de capture de mots de passe dans l’ordinateur de Christine de Veyrac en pleine guerre pour le renouvellement de l’état-major de l’UMP 31. Dans le camp de la présidente sortante, la découverte de l’acte de piratage a permis de comprendre comment, durant la campagne électorale interne, plusieurs informations relatives à la stratégie de l’eurodéputée ont été connues de ses concurrents avant d’avoir été diffusées. Mise en minorité, Mme de Veyrac a perdu la présidence de l’UMP 31. Jean-Luc Moudenc qui bénéficiait du soutien de Brigitte Barèges et de Dominique Baudis, lui a succédé.


Voir en ligne : Un responsable de l’UMP 31 en garde à vue pour escroquerie

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.