Truks en vrak

Accueil > 2012 > décembre > Colonisation : l’ONU appelle Israël à "renoncer" à ses projets

Colonisation : l’ONU appelle Israël à "renoncer" à ses projets

Agnès Rotivel | la-croix.com - aps.dz - radio-canada.ca - israel-infos.net | jeudi 20 décembre 2012

jeudi 20 décembre 2012


sur cette page
- Israël - Le ministère israélien de l’intérieur refuse de valider des plans de constructions au delà de la ligne verte
| israel-infos.net |
- Colonisation : l’ONU appelle Israël à "renoncer" à ses projets
| aps.dz | jeudi 20 décembre 2012
- En Israël, la colonisation sert d’argument de campagne
Agnès Rotivel | la-croix.com | jeudi 20 décembre 2012
- Colonisation : Israël donne son feu vert à un nouveau projet
| radio-canada.ca | jeudi 20 décembre

sur le net
- Israël prévoit une avalance de constructions à Jérusalem-Est et en Cisjordanie
| lematindz.net | jeudi 20 décembre 2012
- Colonies : Israël annonce la construction de milliers de logements
| lexpress.fr | mercredi 19 décembre 2012
- Israël valide 1500 nouveaux logements à Jérusalem-Est
| lefigaro.fr | mardi 18 décembre 2012
- L’ONU demande à Israël de renoncer à ses projets de construction
| crif.org | jeudi 20 décembre 2012
- L’ONU demande à Israël de renoncer à ses projets de colonisation
| ledevoir.com | jeudi 20 décembre 2012
- L’ONU demande à Israël de renoncer à ses projets d’implantation
| lepoint.fr | mercredi 19 décembre 2012
- L’ONU demande "instamment" à Israël de renoncer à ses projets de colonies
| lemonde.fr | mercredi 19 décembre 2012




israel-infos.net

Israël - Le ministère israélien de l’intérieur refuse de valider des plans de constructions au delà de la ligne verte
| israel-infos.net |

Surprenante décision, le ministère israélien de l’Intérieur, dirigé par Eli YshaI – Shas – a refusé d’approuver l’essentiel des constructions projetées dans la zone de Givat Hamatos, un quartier de Jérusalem est au-delà de la ligne verte – la ligne de cessez le feu de la guerre des six jours.

Cette décision intervient après quatre journées de réunions "marathon" entre le ministère et le "comité de planification de la municipalité de Jérusalem", qui a débuté lundi et aurait du déboucher sur l’approbation de la construction de 6500 logements dans cette zone controversée.

Selon un porte parole du ministère, Efrat Orbach, le comité a approuvé la construction de 700 logements pour les résidents du quartier arabe de Beit Safafa, qui jouxte Givat Hamatos et repoussé la décision au sujet de 1000 logements pour résidents juifs et arabes de Beit Safafa et Givat Hamatos.

La veille, le ministère de l’intérieur avait approuvé la construction de 1500 logements à Ramat Shlomo, une zone où la construction était bloquée depuis la crise qu’avait provoqué l’annonce de cette décision durant la visite du Vice Président américain Joe Bidden en 2010.

Et mercredi, nouvelle soumission aux comités locaux pour plus de 2600 logements à Givat hamatos avant la question de nouveaux logements à Gilo.
La précédente réunion sur ce dossier avait été ajournée car tenue le dernier jour de l’opération Pilier de Défense et ..durant le passage de la Secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton.



aps.dz

Colonisation : l’ONU appelle Israël à "renoncer" à ses projets
| aps.dz | jeudi 20 décembre 2012

ALGER - L’ONU a appelé mercredi Israël à mettre fin à ses projets de construction de nouvelles colonies dans les territoires palestiniens occupés notamment à El Qods Est, réaffirmant que ces initiatives sont illégales et menacent le processus de paix avec les Palestiniens.

"Nous demandons instamment au gouvernement israélien de répondre aux appels internationaux et de renoncer" à ces projets, a affirmé devant le Conseil de sécurité, le secrétaire général adjoint de l’ONU aux affaires politiques, Jeffrey Feltman.

Il a souligné que "la construction de colonies en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est, viole les lois internationales (...) et sont un obstacle à la paix".

S’ils se concrétisaient, a-t-il ajouté, ces projets "porteraient un coup presque fatal aux chances qui restent de réaliser une solution à deux Etats" entre Israéliens et Palestiniens.

"L’intensification de la colonisation et l’ensemble des pratiques israéliennes d’assassinats et d’arrestations nous poussent à accélérer notre recours à la Cour pénale internationale (CPI)", avait déclaré auparavant le négociateur palestinien Mohammad Chtayyeh.

Il réagissait à un nouveau plan de colonisation approuvé dans la journée par les autorités israéliennes pour la construction de 2.610 unités de logement" dans la partie orientale d’El Qods occupée.

Israël compte lancer plusieurs nouveaux projets de construction massifs dans des quartiers de colonisation à El Qods-Est occupée, selon l’ONG anti-colonisation "La Paix Maintenant".

Lundi, le gouvernement israélien a donné son feu vert à la construction de 1.500 logements dans un quartier de colonisation à El Qods-Est, relançant un projet déjà condamné par Washington en 2010.

La poursuite de la colonisation, jugée illégale par la communauté internationale, est la principale cause de l’arrêt en octobre 2010 des négociations de paix entre Palestiniens et Israéliens.

Les Etats-Unis, qui ont parrainé les pourparlers de paix, ont fermement dénoncé la poursuite de la colonisation israélienne, estimant qu’elle allait "à l’encontre de la cause de la paix" et qu’il s’agissait de "gestes de provocation".

L’approbation par l’occupant israélien de la construction de nouvelles colonies s’est accentuée depuis le vote le 29 novembre dernier par l’Assemblée général de l’ONU, accordant à la Palestine le statut d’Etat observateur.

Outre l’appel à l’arrêt de la colonisation, le secrétaire général adjoint de l’ONU aux affaires politiques Jeffrey Feltman, a également demandé aux autorités israéliennes d’entamer "sans délai" le transfert à l’Autorité palestinienne du produit des taxes et des droits de douane levés par Israël. Ce dernier avait bloqué ces fonds après le vote à l’ONU en faveur de la Palestine.

Le gouvernement palestinien a demandé mardi l’organisation d’un sommet arabe "urgent" sur la crise financière qu’il traverse, après qu’Israël eût décidé le gel du transfert des recettes fiscales palestiniennes.

L’Autorité palestinienne peine à payer les salaires de ses 150.000 employés car l’occupant israélien a arrêté de transférer les recettes fiscales qu’il collecte au nom de l’Autorité et émanant des importations et exportations palestiniennes.

Le Premier ministre palestinien Salam Fayadh a qualifié d’"acte de piraterie" les mesures de rétorsion financières israéliennes, dans une déclaration à Ramallah en Cisjordanie.

En mars dernier, la Ligue arabe a approuvé un mécanisme pour verser 100 millions de dollars par mois à l’Autorité palestinienne.

D’autre part, l’armée d’occupation israélienne continue de mener des incursions quasi quotidiennes dans les territoires palestiniens occupés, en procédant à de nombreuses arrestations arbitraires des Palestiniens.

La Palestine, devenue Etat observateur non membre de l’ONU, décidera début 2013 de son adhésion aux organisations internationales y compris les instances judiciaires susceptibles de poursuivre Israël, avait annoncé le négociateur palestinien Mohammad Chtayyeh.

"Si Israël continue ses actes de violence contre notre peuple, par ses colons, les sanctions financières et la colonisation, il nous poussera à aller dans cette direction encore plus vite que nous le voulons", avait-il prévenu, en référence à la CPI et la CIJ (Cour internationale de Justice).

L’Autorité palestinienne est aussi disposée à reprendre le dialogue avec Israël et souhaite parvenir à des solutions politiques, avait en outre réaffirmé dernièrement le ministre des affaires étrangères, Riyad al-Malki.





aaa

En Israël, la colonisation sert d’argument de campagne
Agnès Rotivel | la-croix.com | jeudi 20 décembre 2012

Le premier ministre israélien, en campagne pour les législatives, donne des gages aux colons en lançant de vastes programmes de construction dans les colonies.

à Givat Hamatos (Jérusalem-Est), où se trouve ce berger palestinien, 2 610 logements pourraient v...

à Givat Hamatos (Jérusalem-Est), où se trouve ce berger palestinien, 2 610 logements pourraient v...

JIM HOLLANDER / EPA/MAXPPP

à Givat Hamatos (Jérusalem-Est), où se trouve ce berger palestinien, 2 610 logements pourraient voir le jour.

JIM HOLLANDER / EPA/MAXPPP

à Givat Hamatos (Jérusalem-Est), où se trouve ce berger palestinien, 2 610 logements pourraient voir le jour.

Le président américain Barack Obama garde un silence assourdissant sur ce dossier.


Avec cet article


Benyamin Netanyahou accélère les projets de colonisation. Depuis deux jours, les annonces de nouvelles constructions de logements visant à agrandir les colonies de peuplement se multiplient : un projet de construction de 523 logements dans le secteur de Gevaot a été accepté. Présenté en 2000 par le conseil régional du Goush Etzion (qui compte déjà 22 colonies, soit 70 000 habitants), il prévoit à terme la construction de 6 000 logements.

Jérusalem a approuvé un projet de construction de 2 610 logements à Givat Hamatos (sud de Jérusalem-Est) qui deviendrait, s’il est mené à bien, le premier quartier de colonisation juive créé dans la partie arabe de la ville depuis quinze ans. Enfin, le ministère israélien du logement a publié des appels d’offres pour 1 048 nouveaux logements en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. 

Rétorsion contre l’Autorité palestinienne

Lundi, le ministère de l’intérieur avait donné son feu vert à la construction de 1 500 logements à Ramat Shlomo, également à Jérusalem-Est, un projet condamné par Washington en 2010. Cette cascade d’annonces ne doit rien au hasard. Ce sont les mesures de rétorsion annoncée par Israël contre l’Autorité palestinienne qui a obtenu en novembre dernier la reconnaissance du statut d’État non membre observateur à l’ONU.

Les protestations de 14 des 15 pays membres du Conseil de sécurité de l’ONU (exception faite des États-Unis) paraissaient un peu vaines. Ces projets d’Israël « envoient un message négatif et font douter de sa volonté de négocier »,
 ont souligné les quatre États européens membres du Conseil (France, Grande-Bretagne, Allemagne et Portugal), s’inquiétant en particulier du projet E1, qui « risquerait de séparer Jérusalem-Est du reste de la Cisjordanie ».
 La représentante de l’UE pour les affaires étrangères, Catherine Ashton, a dénoncé hier « l’expansion sans précédent de colonies autour de Jérusalem ».
 

 « Les colons et le gouvernement israéliens doivent savoir qu’ils devront rendre des comptes »,
 a protesté l’Autorité palestinienne. Elle a rappelé que son nouveau statut d’État observateur lui ouvre de nouvelles possibilités de recours devant les instances judiciaires internationales, autrement dit la Cour pénale internationale (CPI).

Contexte électorale en Israël

Le premier ministre israélien est en campagne électorale pour les législatives de janvier 2013. Il sera réélu, mais, pour cela, Benyamin Netanyahou, qui n’a guère de concurrent capable de lui disputer le poste, veut en plus un soutien massif des colons. L’élection ne suffit pas à expliquer cette provocation. Le processus de paix est en déshérence.

 « Depuis 2009,
 remarque un diplomate européen, il n’y a eu aucune rencontre à haut niveau entre Israéliens et Palestiniens. »
 Le silence du président américain est à cet égard assourdissant. Il laisse deux interprétations possible : soit, selon l’adage, « qui ne dit mot consent »,
 Barack Obama a abdiqué sur ce dossier, qui pourtant lui tenait à cœur ; soit il mûrit sa réponse, qui devra, s’il veut être crédible, se traduire rapidement par des actes.



Agnès Rotivel



radio-canada.ca

Colonisation : Israël donne son feu vert à un nouveau projet
| radio-canada.ca | jeudi 20 décembre

Vue aérienne de la colonie juive de ar Homa, à Jérusalem-Est

La colonie juive de Har Homa, à Jérusalem-Est (archives)

 Photo : AFP/YUVAL NADEL

Israël a autorisé jeudi un projet de création d’une colonie en Cisjordanie, une nouvelle qui intervient après une série d’annonces similaires. La communauté internationale qualifie ces projets de « provocations ».

« Après de nombreuses années, nous sommes heureux de pouvoir annoncer que le gouvernement d’Israël a décidé de créer une ville dans le Goush Etzion », a affirmé David Perel, chef du Conseil régional de cet important bloc de colonies. Selon lui, le gouvernement a donné son accord à la planification d’un projet de construction de 523 logements, présenté en 2000 par le Conseil régional, qui prévoit à terme la construction de 6000 logements.

Hagit Ofran, porte-parole de La Paix Maintenant, une organisation non gouvernementale israélienne anticolonisation, a confirmé cet accord. Cette colonie vise à créer une continuité territoriale juive entre le Goush Etzion et les quartiers de colonisation du sud de Jérusalem, a souligné Mme Ofran.

Une commission du ministère israélien de l’Intérieur devait par ailleurs examiner jeudi soir un projet de construction de 1000 logements dans le quartier de colonisation de Gilo, à Jérusalem Est.

Réprobation internationale

L’autorité palestinienne a vivement réagi à cette annonce. « Les colons et le gouvernement israéliens doivent savoir qu’ils devront rendre des comptes », a prévenu Nabil Abou Roudeina, le porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas. Le porte-parole a rappelé le statut d’État observateur acquis par les territoires à l’ONU. Ce statut ouvre de nouvelles possibilités de recours devant les instances judiciaires internationales.

La représentante de l’Union européenne pour les Affaires étrangères, Catherine Ashton, a dénoncé jeudi « l’expansion sans précédent des colonies autour de Jérusalem ».
Les 15 pays membres du Conseil de sécurité, à l’exception des États-Unis, ainsi que l’ONU, ont demandé mercredi à Israël de renoncer à ses plans de colonisation.

L’envoyé spécial du Quartette pour le Proche-Orient (États-Unis, Union européenne, ONU, Russie) Tony Blair estime que « le problème n’est pas seulement la construction de telles colonies, mais le fait que c’est un moment vital pour relancer une véritable négociation ».

Israël, en pleine campagne électorale, a annoncé mercredi des plans pour plus de 3600 logements dans des colonies à Jérusalem-Est et en Cisjordanie, faisant fi des critiques internationales.

Lundi, le ministère de l’Intérieur avait approuvé un plan de 1500 logements à Jérusalem-Est, condamné en 2010 par Washington, qui a appelé Israël à rompre avec ces « actes de provocation ».



Voir en ligne : Colonisation : l’ONU appelle Israël à "renoncer" à ses projets

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.