Truks en vrak

Accueil > 2012 > février > Nouvelle alerte nucléaire aux USA : du Tritium relâché lors d’un arrêt du (...)

Nouvelle alerte nucléaire aux USA : du Tritium relâché lors d’un arrêt du réacteur n°. 2 de Byron Station (Illinois)

gen4.fr | mardi 31 janvier 2012

mercredi 1er février 2012

aaa

Nouvelle alerte nucléaire aux USA : du Tritium relâché lors d’un arrêt du réacteur n°. 2 de Byron Station (Illinois)

L’opérateur Excelon vient de déclarer un incident (événement inhabituel) sur le réacteur n°. 2 du site de production de Byron Station, situé dans l’état de l’Illinois, dans la région des grands lacs des USA. L’alimentation électrique principale de cette unité a été interrompue pour une raison inconnue et le réacteur est passé en procédure "SCRAM" (arrêt d’urgence) hier après-midi. Il s’agit d’un réacteur à eau pressurisée Westinghouse développant 1168 MWe achevé en 1985.

A la suite de cet incident, l’unité n°. 2 "dépressurise" c’est-à-dire qu’elle se débarrasse du supplément de vapeur engendrée à la suite de la perte du circuit principal d’alimentation (la puissance ne pouvant être évacuée sur le réseau) et dans l’objectif secondaire de réduire au maximum d’éventuelles complications (si les générateurs auxiliaires venaient à défaillir à leur tour). Le problème est que cette vapeur est radioactive puisqu’elle est chargée en produits de fission dont le célèbre Tritium qui ne peut être capturé par les filtres de dégazage situés au niveau de la sortie des conduits de dépressurisation. Le Tritium, bien que faiblement radio-toxique (Groupe IV), est de ce fait, et de loin, le radionucléide le plus dispersé dans l’environnement des centrales nucléaires.

Il faut noter que ce problème de rejets radioactifs est loin d’être une nouveauté sur ce site puisqu’en 2006 la commission de sécurité nucléaire des USA (NRC) avait déjà épinglé l’opérateur qui tendait à stocker dans des lieux non-appropriés une certaine quantité de radio-cochonneries superflues. Cet incident a été à la source de la création d’une nouvelle loi obligeant les opérateurs à déclarer immédiatement tout relâchement radioactif "anormal". A signaler également que cette unité présente la particularité d’utiliser un alliage de combustible spécial appelé AXIOM, ce qui a nécessité une dérogation spéciale de la NRC en date du 30/4/2009.

Une longue série de dysfonctionnements "mineurs" constatés sur le site de Byron Station a d’ailleurs valu à l’opérateur un refus temporaire de renouvellement d’autorisation d’exploitation le 13 janvier 1981, événement qui reste tout à fait exceptionnel aux Etats-Unis (et ailleurs...).

Aux dernières nouvelles (31 janvier à 1600L) , il semblerait que l’unité n°. 2 de Byron Station soit toujours en fonctionnement dégradé et que l’alimentation électrique principale n’ait toujours pas été rebranchée.

Sources :

Bulletin d’alerte d’Excelon, opérateur du site de Byron
Un réacteur nucléaire américain tombe en panne, Métro Montréal, 31 janvier

EDIT :

(1850L) : le personnel du site de Byron a été évacué, les services de secours de Byron et des environs sur sur place
(1900L) : il semble que le problème soit situé dans un transformateur qui dégagerait une importante fumée noire
(1900L) : le reportage de la chaine WREX de Rockford intitulé : "Une perte de réseau électrique à la centrale de Byron Station cause beaucoup d’émoi"

(1er février) : l’unité n°. 2 de Byron Station a été reconnecté au réseau hier dans la soirée (2000EST), l’événement est clôturé sans que nous en sachions beaucoup plus ur les causes et les conséquences de l’incident - comme à l’habitude...





Un réacteur nucléaire américain tombe en panne

THE ASSOCIATED PRESS

Publié : 30 janvier 2012 21:57

BYRON, États-Unis - Un réacteur nucléaire d’une centrale électrique du nord de l’Illinois s’est arrêté, lundi, après avoir perdu son alimentation électrique, et de la vapeur a été libérée pour réduire la pression, selon des responsables d’Exelon Nuclear et des responsables fédéraux.

L’unité 2 de la Byron Generating Station, à environ 153 kilomètres au nord-ouest de Chicago, s’est éteinte à 10h18 après avoir subi une panne de courant, ont indiqué des responsables d’Exelon. Des générateurs diesel ont commencé à fournir de l’énergie à la centrale, et des opérateurs ont entamé la libération de vapeur pour refroidir le réacteur, mais de l’endroit où les turbines produisent de l’électricité, et non pas du réacteur lui-même, ont précisé des responsables.

La vapeur contient de faibles quantités de tritium, une forme radioactive d’hydrogène, mais des responsables fédéraux et de la centrale ont insisté sur le fait que les taux de radioactivité étaient sécuritaires pour les travailleurs et le public.

La Commission de réglementation nucléaire américaine (NRC) a déclaré que l’incident était un « événement inhabituel », soit la plus faible classification de quatre niveaux d’urgence. Des responsables de la commission ont également dit que la libération de tritium était attendue.

Des responsables d’Exelon Nuclear croient qu’une pièce défectueuse dans une station de commutation a causé la panne. Une telle station est un endroit qui permet d’acheminer de l’électricité de la centrale vers le réseau électrique, ont-ils dit. Des responsables enquêtaient toujours sur la défaillance.

Selon la porte-parole Viktoria Mitlyng de la NRC, le relâchement de vapeur aide à dissiper une partie de l’énergie toujours produite par des réactions nucléaires mais qu’il n’est désormais plus possible de distribuer sur le réseau. Bien que la turbine ne fonctionne pas pour produire de l’électricité, a-t-elle dit, il est encore nécessaire de refroidir l’installation.

Candace Humphrey, la coordonnatrice de la gestion des secours du comté, a laissé savoir que des responsables locaux ont été avertis de l’incident aussitôt qu’il s’était produit et que la sécurité du public n’avait jamais été menacée.

Au dire de Mme Mitlying, l’unité 1 fonctionnait normalement pendant l’enquête sur l’unité 2. De la fumée a été aperçue d’un poste de transformation de courant, a-t-elle ajoutée, mais aucune preuve de la présence d’un incendie n’a été découverte lorsque les pompiers de la centrale sont intervenus.



****
Transmis par Lamamo
Wed, 01 Feb 2012 13:24:58 +0100




Voir en ligne : Nouvelle alerte nucléaire aux USA : du Tritium relâché lors d’un arrêt du réacteur n°. 2 de Byron Station (Illinois)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.