Truks en vrak

Accueil > 2011 > novembre > le manifeste Barricade

le manifeste Barricade

| barricade-mag.fr | novembre 2011

dimanche 27 novembre 2011

aaa

1 – L’être humain est sur terre pour jouir. Pour vivre pleinement, heureux, amoureux, souriant, fraternel, curieux, passionné, en compagnie de ses semblables.

2 – L’amour, la sexualité, le plaisir, l’amitié, la connaissance, l’échange sont au cœur de ce plaisir de vivre.

3 – Tous les moyens pour parvenir au bonheur et accéder aux plaisirs de la vie sont légitimes dès lors qu’ils ne font pas obstacle à cette accession pour les autres membres du genre humain. Les êtres humains ne s’organisent collectivement que dans ce but.

4 – Tout ce (personnes, institutions, entreprises, états, polices, armées, juges aux ordres, religions, idéologies, bêtise, médiocrité volontaire, familles, patries, économie non solidaire, salariat, frontières, pouvoirs divers, etc) qui contrarie, entrave, perturbe, interdit, censure, efface, détourne, élimine cette accession aux plaisirs et au bonheur est ennemi du genre humain dans son entier. A ce titre il doit être combattu et mis hors d’état de nuire.

5 – Le savoir, l’art, la sexualité, le verbe, la tendresse, le don, le jeu, la découverte de l’autre, le rire, l’égalité des droits et toutes les formes de libertés individuelle et collective sont les seuls outils aptes à permettre au plus grand nombre d’accéder à ce bonheur commun.

6 – Les êtres humains s’organisent entre eux selon leur commune volonté, uniquement dans le but ci-dessus. Tant au niveau local que global, seules les formes d’organisation qui poursuivent ce but sont légitimes, les autres, mêmes en apparence acceptables, sont illégitimes. Ceux qui les maintiennent ou les entretiennent ne sauraient eux-mêmes être légitimement aux places qu’ils occupent, même s’ils y ont été élus dans des formes légales.

7 – Les êtres humains libres ne sauraient considérer les formes d’organisation actuelles et ceux qui les portent comme le reflet de leurs désirs. Ils ne peuvent que souhaiter leur disparition. Ils refusent de voir dans l’effondrement des pseudo-démocraties un drame plus grave que celui des dictatures déjà renversées ou à venir. A fortiori, l’effondrement de leurs systèmes économiques, bancaires, institutionnels ou idéologiques sont plutôt de bonnes nouvelles.

8 – Participer à ces effondrements, à leur accélération et à leur achèvement est l’une des sources récentes du plaisir commun.

9 – Participer à la mise en place progressive d’un monde nouveau, consacré aux plaisirs et au bonheur commun, comme une marée qui peu à peu recouvre le sable du vieux monde, est une autre source récente du plaisir commun.

10 – En attendant l’achèvement de cette mutation, repérer, répertorier, divulguer, rencontrer, fraterniser et participer avec passion à toute initiative en cours visant ces buts, ou leurs esquisses, est une source partielle, mais présente et réjouissante, de ce plaisir commun.

Barricade se propose d’entreprendre tout cela aux côtés de ses lecteurs.
Et de ceux qui vont le devenir.


Gérald Dittmar, directeur de publication du journal Barricade était l’un des invités de Didier Si Ammour dans son émission "Média : Code Source" sur Le Mouv’ entre 10 et 11 h le samedi 5 novembre.

Page de l’émission : "Média : Code Source"

Extrait de l’émission
Le Mouv "Media : Code source"
http://barricade-mag.fr/IMG/mp3/lemouv-codesource-barricade-20111105-40kbs.mp3

En vente le 2 novembre !

Retrouvez le numéro 1 de BARRICADE dès le 2 novembre chez votre marchand de journaux


Barricade mettra en avant un regard critique sur la société d’aujourd’hui, envahie à la fois par une mondialisation ruineuse, une politique de pacotille, sans vision à long terme, artificielle, qui détruit la pensée individuelle et collective, désubjectivise le vivant et dévitalise le sujet.

Si l’Histoire tiendra une place importante dans ce magazine, c’est que le passé nous donne souvent les clés du présent.

Notre projet est d’ouvrir le débat pour montrer une multiplicité de pensées, de proposer des textes et des images très divers d’auteurs et d’acteurs de notre société, qui réfléchissent au monde en mettant au cœur de leur démarche l’humain.

Nous parlerons ici de ce dont on ne vous parle pas ailleurs, ou bien de ce dont on vous parle mal. Nous ne nous lancerons pas dans une analyse de la situation de la presse écrite, seuls les magazines scandaleux font leurs choux gras en exploitant ce qu’il y a de plus négatif dans
l’humain. Nous serons donc délibérément anti-people.

Notre seule chance de survivre à nous-mêmes est de toucher un lectorat qui nous soutienne, sans quoi la raison d’être de Barricade n’aurait aucun sens. Nous lançons donc un appel au soutien par l’abonnement et la souscription. À nos lecteurs de décider s’ils veulent plus et encore de notre
magazine. La couverture de Caza le dit expressément : nous avons tous besoin, dans ce monde de brut(es), d’un peu d’espoir : Barricade vous en offre une petite goutte.

À nos lecteurs d’ouvrir en grand le robinet.

Gérald Dittmar




****
Transmis par Jendyves
Sun, 27 Nov 2011 10:28:25 +0100 (CET)




Voir en ligne : le manifeste Barricade

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.