Truks en vrak

Accueil > 2011 > juillet > Le blog Nawaat menacé par Antoine Sfeir

Le blog Nawaat menacé par Antoine Sfeir

Gilles Klein | arretsurimages.net | jeudi 7 juillet 2011

vendredi 8 juillet 2011

L’avocate d’Antoine Sfeir (spécialiste du monde arabe, habitué des plateaux de télévision française) exige, depuis le 16 juin dernier, le retrait d’un article publié sur le blog collectif tunisien Nawaat le 20 mars dernier. Quatre autres sites ont aussi été mis en cause par un autre observateur averti du monde arabe, Antoine Basbous. Face au refus de Nawaat, l’avocate de Sfeir fait pression sur l’hébergeur du site, une société basée aux USA, comme le montre la lettre reçue en copie par Nawaat (fichier PDF).

Le 20 mars dernier, Nawaat publie un texte polémique de René Naba, journaliste libanais ("Ancien responsable du monde arabo-musulman au service diplomatique de l’Agence France presse (1978-1990), ancien conseiller du directeur-général de RMC pour l’information (1989-1994") :

"Ils sont deux, se partageant les plateaux de télévision de France, au gré de l’actualité et des connivences journalistiques, dans une subtile répartition des rôles, dans la pure tradition des westerns spaghettis du style « la bête et le méchant », distillant sur un ton docte leur science présumée, un remugle de la pensée kleenex de la doxa atlantiste, selon les désirs de leurs auditeurs et les besoins de leur commanditaire." écrit Naba.

"Ils…ce sont les deux fameux duo des Antoine, Antoine Sfeir, directeur des « Cahiers de l’Orient », et Antoine Basbous, directeur de l’Observatoire des Pays Arabes, au choix, les Dupont et Dupont, ou, les pieds nickelés de la pensée stratégique occidentale, la caution exotique de la stratégie anti arabe de la France et de la stratégie anti-islamiste de la sphère néo conservatrice américaine."

"Tous deux se réclament du patriarche irrédentiste maronite, Mgr Pierre Nasrallah Sfeir, récemment désavoué par le Vatican et démissionné au prétexte de l’âge, mais pour ces chrétiens libanais chauvins, l’argent n’a pas d’odeur, même s’il sent le souffre, surtout s’il sent le souffre des dictatures arabes."

"La singularité de la France, qui confine à la spéciosité, a été de confier à des Maronites libanais la responsabilité du dispositif médiatique français à destination du Monde arabe, rarement en raison de la compétence de la personne, le plus souvent en raison de sa serviabilité à l’égard du pays hôte et de son empressement à aller au devant ses désirs."

Nawaat,

Nawaat 20 mars 2011

Nawaat

 

Nawaat 20 juin 2011

Le 20 juin Nawaat et pluseiurs autres sites qui avaient repris le texte de Naba publient un long texte commun en réponse aux menaces dont ils font l’objet :

"Les signataires de ce texte commun souhaitent porter à l’attention de leurs lecteurs les précisions suivantes :

"L’article, objet du courrier des conseils juridiques des deux Antoine, mentionne pas moins de treize journalistes, notamment, Philippe Val, Mohamad Sifaoui, Frédéric Encel, Jeune Afrique, Afrique Asie, l’ancien ambassadeur de Tunisie à l’Unesco Merzi Haddad, l’universitaire Caroline Fourest, le présentateur de France 2 William Leymergie et son équipe Sophie Davant et Françoise Laborde, sans compter des personnalités politiques de premier plan. Aucun n’a formulé une requête visant au retrait de l’article, sauf ces deux personnes. Par ailleurs, le courrier ne mentionne aucun passage spécifique, se bornant à évoquer la diffamation. Il est de notoriété publique que les propos incriminés peuvent faire l’usage d’un droit de réponse, conformément aux usages."

"Le fait de demander la suppression pure et simple de l’article, sans faire au préalable usage d’un droit de réponse, équivaudrait à une censure de fait. Censure d’autant plus inadmissible que les plaignants occupent moins d’un cinquième de cet article."


"En quatre ans de fonctionnement, l’auteur de cet article a déjà publié sur son site une trentaine de portraits de personnalités politiques et médiatiques internationales de premier plan, tant françaises qu’arabes, sans concession, et sans jamais n’avoir jusque-là fait l’objet de la moindre plainte ou de la moindre doléance de la part des destinataires. Cet indice témoigne du sérieux de l’auteur et de la rigueur de ce site."

 "Antoine Basbous et Antoine Sfeir, ont opté pour une voie conflictuelle, faisant planer la menace de poursuites judiciaires pour obtenir le retrait pur et simple du papier. Brandir la voie judiciaire pour obtenir le retrait d’un papier relève d’une sournoise tentative d’intimidation et d’une censure déguisée." ajoutent les sites visés.

Sur la différence de discours public d’Antoine Sfeir, avant et après la chute de Ben Ali, relire ceci.


Voir en ligne : Le blog Nawaat menacé par Antoine Sfeir

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.