Truks en vrak

Accueil > 2011 > mai > Je ne suis pas raciste. La preuve ? Je viole même des négresses

Je ne suis pas raciste. La preuve ? Je viole même des négresses

Claude Ribbe | claude-ribbe.com | 18 mai 2011

jeudi 19 mai 2011

D’abord les précautions d’usage. Dominique Strauss-Kahn a droit à la présomption d’innocence tant qu’il n’est pas définitivement reconnu coupable. Soit. Mais parlons un peu des faits qu’on lui reproche. Il est en prison à New-York parce qu’une femme l’accuse de l’avoir violée. Oui violée. Même si le terme de viol est réservé aux USA à la pénétration vaginale, en France quand on sodomise ou qu’on oblige à accomplir une fellation une personne non consentante en usant de la force physique, cela s’appelle un viol. Donc Strauss-Kahn est accusé d’avoir violé une femme en usant de la force physique. Et en plus de l’avoir séquestrée. D’avoir attenté non seulement à son honneur, mais aussi à sa liberté. D’après l’accusation - et sans tenir compte des dénégations de l’accusé dont il devra apporter la preuve - les circonstances sont d’une violence inouïe et dénotent une barbarie, une sauvagerie, particulières. Ophélie - tel semble être le prénom de la victime - s’est débattue, a pleuré, a hurlé, a supplié, bref s’est défendue comme elle a pu. Ne pouvant la pénétrer après qu’il l’eut traînée jusqu’à son lit, l’agresseur - qui l’a attaquée par derrière - a réussi à la sodomiser. Il l’a obligée - toujours d’après l’acte d’accusation - à une fellation. Tout cela pour l’avilir et l’humilier, précise le document. On peut imaginer aussi ce qu’il aura pu lui dire dans ces circonstances, si elles sont avérées. De toute évidence, la terreur et la souffrance de cette femme auraient stimulé le désir de cet homme. Cette femme sans histoires, âgée de 32 ans, mère d’une adolescente, et employée comme femme de chambre dans un grand hôtel, est originaire de Guinée. Aux USA, elle est considérée comme « noire ». Toute la presse française a pris connaissance, dans la nuit du samedi 14 au dimanche 15 mai, que Dominique Strauss-Kahn était accusé d’avoir violé une femme « noire ». Et pourtant, personne - absolument personne en France- n’a évoqué jusqu’à présent les origines, encore moins la couleur de peau, de cette femme. Et surtout pas ceux qui se disent défenseurs ou représentants des « noirs », ceux qui appellent à des statistiques ethniques, à des quotas, ceux qui, en un mot, ne tarissaient pas d’éloges, jusqu’à présent, pour Dominique Strauss-Kahn, un homme qui a porté le CRAN sur les fonts baptismaux. Lorsque Obama a été élu, pour toute la presse française unanime, c’était un président « noir ». Si Anne Sinclair avait accusé un Afro-Américain de l’avoir sodomisée, de l’avoir obligée à une fellation, que n’aurait-on entendu sur la sauvagerie des « noirs » sans qu’on se préoccupe outre mesure de la présomption d’innocence d’un présumé sauvage ! Mais là, où de toute évidence la sauvagerie n’est pas du côté que l’on croyait, un silence complet. Un silence insupportable qu’il faut bien briser. Si les faits dont Dominique Strauss-Kahn est accusé sont avérés, ils dénotent non seulement un crime odieux contre une femme, mais un crime aggravé par le racisme le plus barbare. Bien sûr, l’ex-directeur du FMI a des alibis, si l’on ose dire. Il est en effet accusé par une autre femme - qui celle là n’est pas d’origine africaine (une femme au visage d’ange, nous dit une certaine presse, pas un visage de démon comme celui d’une « négresse ») de s’être livré contre elle à une tentative de viol, mais rien de comparable, en violence, en férocité, en volonté d’humilier, à ce qu’on peut lire dans l’acte d’accusation qui accable Strauss-Kahn. Car, cette fois, l’accusé serait allé jusqu’au bout. Avec un étrange acharnement. Pour punir la « négresse » de se défendre. Comme si la résistance d’une femme à la peau noire était inadmissible. Comme si les cris d’une « négresse » qui se défend étaient l’occasion d’un supplément de jouissance. J’entends des rumeurs monter de Sarcelles. Suis-je le seul ? Certains prétendent que le brillant économiste socialiste - qui, faut-il le rappeler, ne venait à Sarcelles que les jours d’élection dans une limousine avec chauffeur- avait un goût très prononcé pour l’Afrique subsaharienne et que ça ne se serait pas toujours très bien passé.
L’exploitation sexuelle des femmes africaines a marqué toute la période esclavagiste. Les viols par tous les orifices commençaient sur les bateaux de traite et se poursuivaient tant que les femmes étaient assez jeunes et désirables pour exciter le désir des colons, dont le racisme ne peut pas être mis en doute au motif qu’ils violaient des femmes à la peau noire. Non seulement ces viols n’étaient pas incompatibles avec le préjugé de couleur, mais ils entretenaient avec ce préjugé une dialectique infernale. Les colons se persuadaient que la lubricité des « négresses » faisait partie de leur essence même. Il était impensable qu’une femme refuse de se soumettre au désir de son maître. Qu’il en soit ou non conscient, Dominique Strauss-Kahn, s’il est reconnu coupable de ce dont Ophélie l’accuse, s’inscrit dans la droite ligne de ce racisme négrier, féroce, barbare et abject. Strauss-Kahn, un séducteur, si l’on en croit ses « communicants » ? S’il est reconnu comme violeur, le mot est-il vraiment approprié ? N’est-ce pas justement quand on n’est guère séduisant qu’on est obligé d’avoir recours à la force et à la contrainte ? Les avocats de l’ex-directeur du FMI se sont empressés de dire, pour la défense de leur client, que la victime présumée n’était « pas attirante ». Ceux qui connaissent Ophélie parlent d’une « grande et belle femme ». Mais Strauss-Kahn, trente ans de plus qu’Ophélie, petit, gros et laid - en un mot pas très attirant, pour ne pas dire répugnant - avait le droit, certainement, de ne pas la trouver attirante, cette « grande et belle femme » puisqu’elle est « noire » et n’aurait pas, du fait de sa couleur, un « visage d’ange » comme d’autres victimes finalement moins malmenées. Ce qui peut apparaître effrayant c’est que les instances dirigeantes du parti socialiste aient pu miser - pour la conquête du pouvoir - sur un pareil homme, dont personne ne pouvait ignorer sinon les turpitudes, du moins les penchants avérés, le cynisme, la vanité et la certitude affichée d’une impunité absolue ; ce qui peut paraître effrayant c’est qu’on ait brandi des sondages désignant sans conteste un tel individu comme le futur président de la République française ! Comment a-t-on pu à ce point tromper des militants sincères et confondre propagande et information ? Que les amis indulgents de Strauss-Kahn - sans doute pas complètement désintéressés - ne veuillent pas croire à sa culpabilité, on peut le comprendre. Mais de là à nier la couleur de la victime ! De là à l’accabler, à l’accuser, à faire du bourreau présumé un martyr ! Quelle abjection ! Qu’on retienne bien les noms des témoins de moralité de l’ancien député-maire de Sarcelles, qu’on observe avec attention ceux qui accuseront Ophélie d’avoir été payée pour faire croire qu’elle a été violée : ce sont les mêmes qui témoignaient naguère en faveur des racistes Pascal Sevran et Georges Frêche. Ce sont les mêmes qui ont tenté d’occulter la commémoration de l’abolition de l’esclavage le 10 mai 2011, en engageant à prix d’or des artistes antillais et africains peu scrupuleux pour venir chanter et danser place de la Bastille en mémoire de Mitterrand. Mauvais calcul ! Certainement, cette soirée négrophobe du 10 mai 2011 laissera des traces qu’il sera aussi difficile d’oublier que les accusations d’Ophélie portées contre un monstre, un monstre bien entendu présumé innocent de sa monstruosité tant qu’il n’aura pas été déclaré définitivement coupable.


Claude Ribbe - wikipedia

Claude Ribbe (Paris, 13 octobre 1954) est un écrivain, historien, philosophe et réalisateur français.
wikipedia.org/Claude_Ribbe

Ancien élève de l'École normale supérieure (Ulm), agrégé de philosophie, originaire de la Guadeloupe par son père et de la Creuse par sa mère, Claude Ribbe s'est illustré en revisitant, d'un point de vue antiraciste et anticommunautariste, le passé esclavagiste français et en tirant de l'oubli de grandes figures issues de ce passé : notamment le général Dumas et le chevalier de Saint-George.

En février 2004, Claude Ribbe a protesté contre le départ du président haïtien Jean-Bertrand Aristide, exilé après plusieurs mois de manifestations populaires par un coup d'État américain appuyé par Dominique de Villepin.

Le spectacle que Claude Ribbe a écrit et qui a été mis en scène par Bartabas à Versailles en 2004, Le chevalier de Saint-George, un Africain à la cour, a rassemblé cinquante mille spectateurs en six représentations. Son pamphlet contre Bonaparte, Le Crime de Napoléon, paru en 2005, au moment du bicentenaire de la bataille d'Austerlitz, a déclenché une âpre polémique tout en remportant un vif succès. Reprenant un thème déjà abordé de manière romanesque dans L'Expédition, Claude Ribbe y révèle qu'une politique d'extermination raciale des citoyens français de Saint-Domingue (aujourd'hui république d'Haïti) avait été engagée en 1802-1803, notamment par gazage au dioxyde de soufre.

Dans Les Nègres de la République, Claude Ribbe, s'affirmant résolument universaliste, met en doute la légitimité d'une prétendue « question noire » et, s'opposant aux analyses de Jean-Paul Sartre (L'Orphée Noir, 1948), soumet au questionnement philosophique l'idée de négritude. Son « paradoxe de James Brown » relativise toute vision de l'humanité fondée sur le préjugé de couleur.

Se défendant d'être un leader de la « communauté noire » de France, parce qu'il dénonce tout principe classificatoire fondé sur la couleur, il est très engagé dans la lutte contre le racisme, les discriminations et l'occultation de la mémoire de l'esclavage. Claude Ribbe a siégé de 2005 à 2008 à la Commission nationale consultative des droits de l’homme en tant que personnalité qualifiée pour son engagement en faveur des droits de l'homme.

Parallèlement à ses activités d'essayiste et de romancier, Claude Ribbe mène une carrière d'auteur dramatique (Delgrès, 2009), de scénariste et de réalisateur, et prépare le tournage de plusieurs films consacrés au chevalier de Saint-George et au général Dumas.

Depuis 2002, Claude Ribbe, notamment à travers l'association des amis du général Dumas qu'il préside, mène campagne pour que ce héros de la Révolution, figure majeure de l'humanisme, né esclave en Haïti, modèle de d'Artagnan, retrouve sa place dans la mémoire universelle. Cela lui a valu d'intervenir officiellement le 30 novembre 2002 au Sénat lors d'une allocution prononcée devant la dépouille d'Alexandre Dumas1, juste avant son entrée au Panthéon. Claude Ribbe souhaite en particulier que la statue du général Dumas, par Alphonse de Moncel, érigée à Paris en 1913 (sur l'actuelle place du Général Catroux dans le 17e arrondissement où se trouvent la statue du fils du général par Gustave Doré et celle de son petit-fils par René de Saint-Marceaux) abattue par les collaborateurs en 1943, soit remplacée. En novembre 2007, il a adressé dans ce sens une pétition à Bertrand Delanoë, maire de Paris, approuvée par plus de mille signatures recueillies en quelques jours. Sitôt la statue remise en place, Claude Ribbe se propose d'en offrir une copie aux Haïtiens, conformément au vœu émis par l'écrivain Alexandre Dumas en 1838. « Ce serait une manière de rappeler à la vieille Europe[réf. nécessaire] », écrivait l'auteur des Trois Mousquetaires, « si fière de son antiquité et de sa civilisation, que les Haïtiens, avant de cesser d'être Français, ont payé leur part de gloire à la France[réf. nécessaire]. » En réponse à ces démarches, et suite à un vote unanime du conseil de Paris en juin 2002 (sur une proposition de Claude Ribbe), Bertrand Delanoë a désigné le plasticien Driss Sans-Arcidet pour réaliser un important monument en mémoire du général Dumas, représentant des chaînes et des fers d'esclave brisés, qui a été inauguré à Paris, place du général-Catroux, samedi 4 avril 2009 sous l'égide de l'association des amis du général Dumas, en présence de Bertrand Delanoë et de Yazid Sabeg commissaire à la diversité et à l'égalité des chances. L'événement avait reçu le soutien officiel de l'UNESCO (programme « La route de l'esclave »).

Claude Ribbe a publié deux biographies du général Dumas dont Le Diable noir (Alphée Jean-Paul-Bertrand, décembre 2008), qu'il a lui-même adaptée en documentaire de 52 minutes avec Stany Coppet2.

À la mort d'Aimé Césaire, le 17 avril 2008, Claude Ribbe a lancé l'idée de l'inhumer au Panthéon, même symboliquement3. Claude Ribbe lui rend hommage dans Le Nègre vous emmerde, le premier ouvrage paru sur Césaire depuis sa disparition ; un pamphlet mettant en cause ceux qui l'ont persécuté de son vivant ou cherché à se servir de lui au moment de sa mort.

Depuis septembre 2008, Claude Ribbe dirige la collection littéraire « Ethiopica » qu'il a fondée aux éditions Alphée-Jean-Paul Bertrand.


Voir en ligne : Je ne suis pas raciste. La preuve ? Je viole même des négresses

Messages

  • "D’abord les précautions d’usage. Dominique Strauss-Kahn a droit à la présomption d’innocence tant qu’il n’est pas définitivement reconnu coupable"

    Alors, vous auriez dû vous arrêter là.
    Quel intérêt sinon ? Déchaîner votre colère et votre haine ? Si vous allez mieux ainsi, continuez à broder mais vous perdez votre énergie selon moi, mettez le à profit d’idées plus générales et attendez la fin :)

    Cordialement,

    • D’accord avec vous :

      Titre racoleur, manque de discrétion, de retenue, voire d’arguments.

      Là où je ne suis pas tout à fait d’accord c’est quand vous invitez l’auteur de ce texte à encore "broder" : Il semblerait qu’il soit philosophe. Je me permets d’en douter ; je m’explique :
      Les propos haineux qu’il tient ressemblent plus à de la calomnie qu’à un discours réfléchi qui s’appuie sur des faits avérés.
      Il ne prend aucune distance, aucun recul sur cette affaire et vise le sensationnalisme ; l’émotion prime sur la réflexion.

    • Si trauss khan la presse francaise est coupable de sont manque d’impartialité et il a fallu que des association monte au crénaux pour dénoncer se faite. En tout cas cette histoire nous montre que ce n’est pas bon d’être une femme noire en France. Car on peut être violé par un homme riche et blanc en quasi complète impunité.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.