Truks en vrak

Accueil > 2011 > avril > "Rester Humain à Gaza"

"Rester Humain à Gaza"

europalestine.com | samedi 16 avril 2011

samedi 16 avril 2011

"Rester Humain à Gaza"
Une oeuvre de Vittorio Arrigoni, à lire et à poursuivre.

Communiqué à la mémoire de Vittorio Arrigoni

Aujourd’hui, 15 avril 2011, la grande famille des défenseurs des droits humains à travers le monde est orpheline, une fois de plus, une fois de trop comme à chaque fois : Vittorio Arrigoni, journaliste et militant pacifiste d’ISM vient d’être lâchement assassiné à Gaza. Après Juliano Mer-Khamis, le directeur israélo-palestinien du Théâtre de la Liberté à Jénine. Après tant d’autres, journalistes, syndicalistes, artistes, défenseurs des droits pour la justice, citons pour rappel le dessinateur de presse et caricaturiste palestinien Naji al-Ali, assassiné à Londres en 1987.

Ces empêcheurs de tourner en rond dont les seules armes sont un stylo, un carnet de notes ou de dessins, un clavier pour animer un blog sur internet ou lancer une pétition, une pièce de théâtre, un livre, une vidéo ou un film… et que les puissants de ce monde surveillent comme le lait sur le feu !

Vittorio Arrigoni était (comme ça fait mal d’utiliser ce verbe au passé !) de la race des tenaces, ceux qui ne lâchent pas le morceau facilement. Voici ce qu’écrit à son sujet son ami et compagnon d’ISM, Alberto Arce* : « Vittorio était arrivé à Gaza en août 2008. Pendant plusieurs semaines, il a accompagné les pêcheurs palestiniens sur lesquels tiraient les patrouilles israéliennes, les empêchant de réaliser leur travail au large de la bande de Gaza. Vittorio a été enlevé par une patrouille israélienne, menotté, emprisonné et expulsé vers l’Italie. Son crime : filmer avec une caméra vidéo comment l’armée israélienne, violant toutes les normes internationales, empêchait les pêcheurs palestiniens de travailler en mer. À peine deux semaines plus tard, Vittorio retournait à nouveau en bateau à Gaza. Une volonté tenace. La droiture de celui qui est prêt à aller jusqu’au bout. Au nom de ses principes et de ses convictions. Vittorio n’est pas un aventurier. Vittorio est un combattant. Comme il n’y en a plus. Et en plus il écrit, et plutôt bien… »

Fin 2008, au moment de l’opération Plomb durci menée contre Gaza par l’armée israélienne, Vittorio Arrigoni avait refusé de partir. Il s’en explique dans son vibrant et insoutenable témoignage** écrit sur place : « Dans la bande de Gaza, nous sommes tous devenus des cibles mobiles, sans la moindre exception. Le consulat italien m’a contacté à l’instant : demain, ils vont évacuer notre dernière ressortissante, une religieuse âgée qui vit depuis vingt ans à proximité de l’église catholique de Gaza et qui avait été totalement acceptée ici par les Palestiniens. Le consul me pria amicalement de profiter de cette dernière occasion pour me joindre à la sœur afin de fuir à mon tour cet enfer. Je le remerciai pour son offre généreuse, mais je ne bougerai pas d’ici, je ne peux pas. » Et il conclut, en parlant de ses compagnons d’ISM : « À travers l’affliction vécue sur place, nous sommes tous, Italiens, Espagnols, Anglais ou Australiens devenus entre-temps des Palestiniens. »...


Hélas, Vittorio Arrigoni ne sera plus là pour venir à la barre des témoins, mais sa parole et son témoignage resteront à jamais vivants. À travers ses écrits et articles largement diffusés. Et surtout son livre "Rester humain à Gaza, décembre 2008-juillet 2009, journal d’un survivant" *

Élias Samouni, Strasbourg, 15 avril 2011.


* adaptation française par SCRIBEST qui annonce :

En accord avec la librairie Résistances à Paris, les bénéfices sur les ventes du livre seront reversés à ISM et à la famille de Vittorio Arrigoni : http://www.librairie-resistances.co... (rubrique choix du libraire). Coordonnées de la librairie : Librairie Résistances 4 Villa Compoint 75017 Paris.(Métro ligne 13, direction "Saint-Denis Université" ou "Gabriel Péri Asnières-Genevilliers" Station Guy Môquet ou Brochant)

Armand Caspar

L’édition solidaire. BP 10077. F 67802 BISCHHEIM CEDEX

Tél. : + 33 (0)3 88 33 77 03 - Fax : + 33 (0)3 88 81 46


Un militant internationaliste italien assassiné à Gaza
www.europalestine.com - vendredi 15 avril 2011

Le militant italien Vittorio Arrigoni, de l’International Solidarity Movement (ISM) a été odieusement assassiné, jeudi dans la bande de Gaza, quelques heures après son enlèvement par des hommes se réclamant d’une entité de type Al Qaeda, « Monothéisme et Guerre Sainte ».

Le corps pendu d’Arrigoni , 36 ans, a été retrouvé par la police du gouvernement (Hamas) de Gaza au domicile d’un des hommes soupçonnés de faire partie de cette entité.

Quelques heures plus tôt, les ravisseurs d’Arrigoni avaient diffusé une vidéo du militant captif, assortie d’une menace d’exécution si le Hamas ne libérait pas un certain Abou Walid al Maghdessi, arrêté le mois dernier par la police de Gaza. Mais ils n’ont pas respecté leur propre ultimatum.

Le gouvernement de Gaza, qui a dénoncé le crime, a annoncé l’arrestation de deux hommes, celui au domicile duquel le corps de notre camarade a été retrouvé, et un autre individu. Un porte-parole du Hamas a déclaré de son côté que le meurtre était un crime contre le peuple palestinien.

L’assassinat d’Arrigoni intervient juste après deux autres attentats terroristes non revendiqués, et visant dans chaque cas à discréditer la résistance du peuple palestinien : celui du metteur en scène judéo-palestinien Juliano Meir Khamis à Jénine, et le massacre de la famille Fogel à l’intérieur de la colonie juive d’Itamar (Cisjordanie occupée).

Arrigoni, familier de la bande de Gaza et de sa population martyre, avait été le témoin de la terrible attaque de l’armée israélienne de décembre 2008 – janvier 2009, dite « Plomb Durci », auquel il avait consacré un ouvrage "Rester humain à gaza" (Editions Scribest).

Il était aussi très impliqué dans la préparation de la Flotille pour la liberté, toutes choses qui gênaient au plus haut point le gouvernement israélien.

Comme avant lui Rachel Corrie, autre militante de l’International Solidarity Movement, tuée en 2003 par un bulddozer de l’armée israélienne alors qu’elle s’opposait à la démolition de maisons palestiniennes, Arrigoni tentait de venir en aide à la population locale. Il participait en dernier lieu aux tentatives de sorties en mer des pêcheurs de Gaza, empêchés de gagner leur subsistance par le blocus maritime imposé par la marine de guerre israélienne.

Il était connu et estimé de nombreux habitants du territoire, qui avaient appelé à la tenue d’une manifestation pour exiger la libération du captif. Les assassins les ont devancés.

Nous assurons sa compagne, nos camarades d’ISM, et ceux du groupe italien Forum Palestina dont Arrigoni faisait également partie, de notre solidarité.

Nous devons lui rendre hommage en poursuivant son combat pour la liberté, quels que soient les signaux menaçants envoyés à la société civile internationale, et destinés à la décourager de se porter au secours du peuple palestinien.
CAPJPO-EuroPalestine - vendredi 15 avril 2011


Voir en ligne : "Rester Humain à Gaza"

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.