Accueil > 2010 > novembre > L’Arizona est le 15e Etat à légaliser la marijuana médicale

L’Arizona est le 15e Etat à légaliser la marijuana médicale

Arnaud Aubron | lesinrocks.com | 15 novembre 2010

lundi 15 novembre 2010

Si la Californie n’est pas devenue, le 2 novembre, le premier Etat à légaliser intégralement le marché de l’herbe, les choses continuent à bouger dans l’Amérique de Barck Obama. Quatorze ans après la Californie, l’Arizona est en effet devenu le quinzième Etat à légaliser la marijuana à des fins médicales. Le vote aura été serré : 841 346 pour la proposition 203 et 837 005 contre, le décompte à Phoenix ayant inversé la tendance à la dernière minute.

Le projet prévoit que des patients atteints du cancer, du sida, de l’hépatite C… seront autorisés, à condition d’avoir une ordonnance et de s’être enregistrés auprès du département de la Santé d’Arizona, à acheter jusqu’à 75 grammes (2,5 onces) de marijuana toutes les deux semaines. 124 dispensaires pourront être ouverts dans l’Etat. Ceux qui habitent trop loin du dispensaire seront autorisés à cultiver eux-mêmes.

Pour Rob Kampia, directeur du Marijuana Policy Project, organisation antiprohibitionniste basée à Washington et qui a mené et financé la campagne en Arizona :

« La loi de l’Arizona reflète désormais l’opinion majoritaire dans le grand public : les grands malades ne devraient pas être traités comme des criminels si la marijuana peut les apaiser et les médecins devraient être autorisés à prescrire de la marijuana à leurs patients s’ils pensent que c’est la bonne solution pour eux.  »

Pour Andrew Myers, qui a mené la campagne sur place :

« Nous avons une réelle chance de montrer l’exemple au reste du pays de ce qu’est un bon programme de marijuana médicale. »

Car le combat pour la marijuana médicale sert trop souvent de cheval de Troie de la marijuana récréative, au grand dam des malades. En Californie, où il a démarré en 1996, le programme a ainsi été largement détourné de son objectif initial. Sur la plage de Venice, des employés de « cliniques » racolent les badauds au cri de « The doctor is in » pour leur fournir en quelques minutes l’ordonnance du médecin qui leur permettra de ne pas être poursuivis par la police et une marijuana de top qualité. L’Etat compterait plus de 2000 dispensaires selon The Times, soit plus que de McDonalds ou de Starbucks…

Une légalisation de fait favorisée par le climat de plus grande tolérance en vogue à Washington depuis l’élection de Barack Obama. En septembre 2009, son procureur général, Eric Holder, annonce en effet, conforément aux promesses de campagne du futur président :

«  Les ressources fédérales ne seront pas utilisées en priorité pour poursuivre les patients gravement malades ou ceux qui les fournissent en accord avec les lois locales sur la marijuana médicale. »

Pas un blanc-seing mais un très clair encouragement pour les propriétaires de dispensaires qui subissaient les raids de la DEA (les stups américains) depuis des années. Depuis, le statut de ces dispensaires n’est pas totalement réglé, mais il semble s’en ouvrir de nouveaux chaque jour et les « patients » eux s’en donnent à coeur joie. Sous le regard agacé des « vrais » malades qui craignent un retour de bâton.

Au total, les Etats ayant légalisé le cannabis thérapeutique à ce jour sont donc : Alaska, Arizona, Californie, Colorado, Hawaii, Maine, Michigan, Montana, Nevada, New Jersey, Nouveau Mexique, Oregon, Rhode Island, Vermont et Washington. Bien que la Virginie ait été le premier Etat à voter la légalisation de la marijuana médicale en 1979, cette loi n’est jamais entrée en application. Le District de Columbia (où se trouve Washington) a également voté une loi en ce sens au mois de mai, qui devrait entrer en application début 2011.

Arnaud Aubron


Transmis par olivier poula

Mon, 15 Nov 2010 10:07:30 -0800

Organisation : PAMF


Voir en ligne : L’Arizona est le 15e Etat à légaliser la marijuana médicale

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.