Truks en vrak

Accueil > 2012 > décembre > non, bachar El Assad ne veut pas gazer son peuple !

non, bachar El Assad ne veut pas gazer son peuple !

Robert Fisk - Bluerider | independent.co.uk - agoravox.fr | samedi 8 & mardi 11 décembre 2012

mardi 11 décembre 2012

agoravox.fr
   
Robert Fisk : non, bachar El Assad ne veut pas gazer son peuple !
Robert Fisk - Bluerider | independent.co.uk - agoravox.fr | samedi 8 & mardi 11 décembre 2012
    
Bashar al-Assad, Syria, and the truth about chemical weapons
logo independent
Avec Seymour Hersh qui officie au New-Yorker et qui veille aux dérives du Pentagone et de l’Executif américain, il est sans doute le journaliste d’investigation anglo-saxon le plus respecté de sa profession. Robert Fisk nous livre ici (1) sa profonde lassitude d’assister incrédule à une succession de campagnes de dénigrement absurdes contre Bachar El Assad, les mêmes qui firent la honte de l’Occident au moment de l’invasion de l’Afghanistan, puis de l’Iraq, puis de la Libye. Rappelez-vous : Pas de grottes perfectionnées dans les montagnes de Tora Bora, pas d’ADM en Iraq, ni de liens avec les pirates du 11/9 (16 saoudiens – ennemis jurés de l’Iraq ) , et pas de chars devant Benghazi (les français en ont détruit 4, les russes photographié 6, et le pleutre BHL en avait annoncé 200).

Rappelez-vous aussi, tandis que nous aidons une pseudo-rebellion syrienne qui détruit le patrimoine culturel inestimable de la Syrie, que le département d’Etat US avait fustigé les talibans pour leur destruction des Bouddhas de Bamiyan. mais que ce même département d’Etat n’avait vu aucun inconvénient au pillage du musée archéologique de Bagdhad, situé à quelques encâblures du siège ultra protégé de l’Iraq National Oil et de l’Iraq Petroleum, ni à la destruction de toutes les bibliothèques municipales de toutes les provinces irakiennes.

Peut-être que dans leur grand mépris des peuples, les stratèges du Pentagone et de l’OTAN en sont-ils arrivés à mépriser la mémoire même de leurs propres peuples pourtant peu dupes. Après tout, les affaires internationales concernent si peu le peuple français, que les ex-candidats Sarkosy et Hollande ne les ont même pas abordées lors de leur pseudo-joute télévisée animée par M. Pujadas.

Comme M. Fisk, nous souffrons avec le peuple syrien et appelons d’urgence à une solution négociée appuyée par l’envoi massif d’une force d’interposition sous mandat de l’ONU chargée avant tout de désarmer. Si les rangs des pacifistes étaient clairsemés derrière le cortège funèbre de Jaurès, et si l’opposition pacifiste syrienne se fait décimer par la rebellion surarmée et les médias indifférents à son sort, nous ne "désarmons" pas pour autant. L’heure est grave. L’alliance pour la guerre avance. Puisse cette traduction trouver le chemin des consciences du plus grand nombre qui la diffuseront largement, jusqu’à gagner les ors de l’Elysée.


ndt. : Photo, la Syrie au centre d’enjeux énergétiques et géostratégiques ?

 

Bachar el Assad, la Syrie, et la vérité sur les armes chimiques

par Robert Fisk, pour The Independent, paru le samedi 8 décembre 2012

traduction Bluerider pour Agoravox

 
(1) Robert Fisk est le correspondant à Beyrouth du journal britannique The Independent. Il est considéré, à juste titre, par le Financial Times, comme « l’un des plus remarquables reporters de sa génération ». Ouvrages récents : La Grande Guerre pour la civilisation : l’Occident à la conquête du Moyen-Orient (1979-2005), La Découverte, 2005 et Liban, nation martyre, Editions A&R et du Panama, 2007 

The INDEPENDENT (80/120 000 ex.) est l’un des "équivalents britanniques de centre gauche" du journal Le MONDE (325 000 ex.), avec The DAILY TELEGRAPH (centre droit, 630 000 ex.). Mais au lu de cet article, vous pouvez constater comme nous, un gros écart en matière de propagande de guerre. A bon entendeur….

 

Le Père de bachar, Hafeez Al Assad,était brutal mais n’a jamais utilisé d’armes chimiques. Et savez-vous quelle fut la première armée à utiliser le gaz au Moyen Orient ?

Plus le mensonge est gros, plus les gens le croiront. Nous savons tous qui a dit ça –mais ça marche encore. Bachar Al Assad a des armes chimiques. Il pourrait les utiliser contre son propre peuple syrien. S’il le fait, l’Occident répliquera. Nous avons entendu ces histoires l’an passé – et le régime d’Assad a répété que si – si – il avait des armes chimiques, il ne les emploierait jamais contre les syriens.

Mais à présent, Washington entonne le même refrain encore et toujours. Bachar a des armes chimiques. Il pourrait les utiliser contre son propre peuple. Et s’il le fait….

Eh bien, s’il le fait, Obama et Madame [en français dans le texte] Clinton seront très très méchants. Pourtant, la semaine passée, tous les pseudos-experts habituels, qui ne sont même pas capables de trouver la Syrie sur une carte, nous ont mis en garde contre le gaz moutarde, les agents chimiques, les agents biologiques que la Syrie serait susceptible de possèder – et susceptible d’utiliser. Et les sources ? Les mêmes spécialistes du dimanche qui ne nous avaient pas avertis du 11/9 mais qui avaient insisté sur la possession d’armes de destruction massives par Saddam Hussein en 2003 : « des sources anonymes du renseignement militaire ». Nous les appellerons donc « SARM » [ndt. « unnamed military intelligence sources », UMIS].

Coup de théâtre [en français dans le texte]

Et maintenant… le coup de théâtre [en français dans le texte]. Quelqu’un de CBS (Canadian Broadcasting Corporation) m’a appelé cette semaine pour me parler de l’utilisation d’armes chimiques par Hafeez Al Assad à Hama pendant le soulèvement de musulmans sunnites dans cette ville en 1982. Leurs sources étaient les mêmes bonnes vieilles « SARM ». Mais voilà, il se trouve que je me suis rendu à Hama en février 1982 – raison pour laquelle le canadien m’a appelé- et pendant que l’armée syrienne exterminait c’est le mot, son propre peuple (qui au passage, exterminait lui-même des officiels du régime et leurs familles), personne n’a jamais utilisé d’armes chimiques.

Pas un seul des soldats que j’ai vu à Hama ne portait de masque à gaz. Aucun civil ne portait de masque à gaz. Les parfums dangereux que mes collègues et moi avions respiré après que notre allié (à cette époque) Saddam ait employé des composants chimiques contre les soldats iraniens dans les années 1980 étaient absents. Et pas un parmi la douzaine de civils survivants que j’ai interrogé dans les 30 années qui ont suivi depuis n’a jamais mentionné l’usage de gaz.

Et pourtant nous devrions maintenant croire qu’il a été utilisé. Et c’est comme ça que ce nouveau conte pour enfant a commencé : Hafeez Al Assad a utilisé le gaz contre son propre peuple à Hama il y a 30 ans. Donc son fils Bachar pourrait faire pareil à nouveau. Et n’était-ce pas l’une des raisons pour lesquelles nous sommes allés faire la guerre en Iraq en 2003 – parce que Saddam avait déjà utilisé du gaz contre son propre peuple et pouvait le refaire ?

N’importe quoi !

Oui, plus le mensonge est gros, plus il fonctionne. Alors oui c’est sûr, nous les « journaleux » , nous avons fait notre boulot en disséminant ces balivernes. Et Bachar – dont les forces ont commis suffisamment d’iniquités- est sur le point d’être accusé d’un autre crime qu’il n’a pas encore commis, et que son père n’a jamais commis. Ouais, des armes chimiques, c’est une sacrée tuile, les mecs. C’est pourquoi les USA ont fourni Saddam en composantes pour les fabriquer, avec l’Allemagne (bien sûr).

C’est pourquoi, quand Saddam a commencé à utiliser du gaz à Halabja, les « SARM » ont demandé à la CIA de mettre tout sur le dos de l’Iran. Et oui, Bachar doit probablement avoir des composants chimiques dans des containers-poubelle rouillés quelque part en Syrie. Madame [en français dans le texte] Clinton s’est émue qu’ils « puissent tomber dans de mauvaises mains » – comme si ils étaient actuellement « dans de bonnes mains ». Mais les russes ont dit à Bachar de ne pas les utiliser. Est-ce qu’il va s’amuser à envoyer se faire f….tre sa seule superpuissance alliée ?

Ah oui, et au fait, qui était la première armée à avoir utilisé le gaz au Moyen Orient ? Saddam ? Ben non, raté ! Les Britons bien sûr, sous le commandement du général Allenby, contre les turcs dans le Sinaï en 1917. Et ça, c’est la vérité. 

***

Parmi les commentaires à la suite de cet article, mentionnons celui-ci :

Je ne sais pas si la Syrie a des armes de destruction massives ou pas, si il serait juste, ou pas, de lancer une action militaire sous couvert de l’ONU, mais puis-je mettre en évidence un certain nombre de questions que soulève ce reportage ? L’idée qu’Hafeez a utilisé des armes chimiques sur Hama est relativement confidentielle, et la plupart des journalistes ne l’ont pas rapportée par manque de sources. Je ne suis pas sûr que la source en soit une « SARM », mais bien plutôt que l’affirmation soit venue du Comité syrien des Droits de l’Homme il y a quelques années. Je pense plutôt que si la rhétorique est montée d’un cran, cela n’a rien à voir avec Hama, mais davantage avec la disparition de Jihad Makdissi, et l’information de la semaine dernière, selon laquelle il pourrait avoir fait défection au Royaume Uni. A en croire ses commentaires à la TV syrienne il y a quelques mois, on peut imaginer quel genre d’informations il a pu fournir aux USA/UK la semaine dernière, qui ont pu causer cette escalade rhétorique. [Ndlr. ce commentaire peut tout aussi bien illustrer et canaliser un montage du renseignement allié ou syrien, que fournir une piste de recherche non infiltrée. Il a au moins le mérite de désigner clairement les opérateurs qui ont mis la Syrie sur table d’écoute.]

 

Rappel : mais au fait... de quel gaz devrait-on parler dans tous les médias ?

commentaires bluerider, pour agoravox

 

La Libye, déjà une affaire de gaz :

  • Le gisement de gaz "BLOC LC7" au sud de Tripoli était l’objet de la visite de Kadhafi à Paris le lundi 10 décembre 2007. Même CANAL+ ose le dire. A quand la même émission sur les réserves de gaz syrien, et les raisons de la venue à Paris le 12 juillet 2008, de M. Bachar El Assad qui a pu assister le 14 juillet 2008, à un défilé de ce que notre industrie de défense fait de mieux ? Il est vrai que les USA viennent de signer avec l’Arabie Saoudite le contrat "pétrole contre armement" du siècle, et qu’avant eux, Margareth Thatcher avait signé avec les mêmes les accords Al Yamamah eux aussi promettant un supertanker par jour au Royaume-Uni en échange de chasseurs bombardiers Panavia Tornado (avec le plus gigantesque scandale financier de tous les temps où l’avionneur britannique BAe a bien failli disparaitre). M. Sarkosy notre ex-Président formé à son métier d’avocat et politicien par Frank Wisner Jr., ancien patron de la CIA, aura sans doute beaucoup appris… trop vite peut-être ? Souvenez-vous aussi de son équipée avec des centaines de conseillers au lendemain de son élection, auprès de George Bush à Kennebunkport, un coup de force sur les mentalités françaises,dont le nouvel occupant de l’Elysée semble fort aise.


émission C+ SPECIAL INVESTIGATION "Les guerres secrêtes du Pétrole", diffusée le 19/11/2012

La Syrie, une affaire de gaz également ?

Gaz toxiques en Syrie : La réponse du berger à la bergère….

  • un journal de contre-propagande certes, mais qui va regarder cette télévision d’Etat francophone syrienne ? La "coalition pour la guerre" pourra toujours s’adapter et répliquer qu’en fait, il s’agit cette fois d’empêcher la création d’un émirat islamique et de préserver la laïcité, et donc d’aller porter secours au bon peuple syrien prêt à tomber aux mains de méchants intégristes détenteurs de gaz mortels. La propagande de guerre a ceci de commode, c’est qu’elle est malléable à souhaits. La vérité, elle, souffre d’exactitude, surtout dans les intentions.


et si les gaz mortels tombaient aux mains des forces alliées contre Bachar el Assad ?

 


Autres articles liés :

  • La quasi totalité des articles de Robert Fisk sont disponibles sur l’excellente page Questions critiques

 

—>




Voir en ligne : Robert Fisk : non, bachar El Assad ne veut pas gazer son peuple !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.