Truks en vrak

Accueil > 2009 > mars > Quelques Truks en vrak - 06 mars 09

Quelques Truks en vrak - 06 mars 09

vendredi 6 mars 2009, par b.bec

 Salute

 Presque comme d’hab’ ou à peu près,
 pour nous titiller le bulbe,
 une bonne trentaine de truks disparates et pas tous rigolos,
 "from the net", avec des redites c’est sûr, et des inédits j’espère...
 

 B.Bec - Vallée du Gers


 apéro 

 La Guerre c’est la Paix,
 La Liberté c’est l’Esclavage,
 L’Ignorance c’est la Force.

 - Georges Orwell - 1984 -


 la "rince" 

 "Lorsqu’un seul homme rêve ce n’est qu’un rêve. Mais si beaucoup d’hommes
 rêvent ensemble, c’est le début d’une réalité"
 Friedensreich Hundertwasser

Sommaire

- Truc 001 - Travailler tue en toute impunité : pétition
- Truc 002 - Archive de l’Ina : le CAES de Ris Orangis
- Truc 003 - Témoins d’un abus ou d’une bavure policière ?
- Truc 004 - Des agriculteurs pionniers du chanvre
- Truc 005 - élections européennes - analyse & proposition (a)
- Truc 006 - une tit’ vidéo : Vade Retro Nicolas
- Truc 007 - élections européennes - analyse & proposition (b)
- Truc 008 - une tit’ vidéo : Le Relais Shit
- Truc 009 - élections européennes - analyse & proposition (c)
- Truc 010 - élections européennes - analyse & proposition (d)
- Truc 011 - élections européennes - analyse & proposition (e)
- Truc 012 - ONG : un dangereux baromètre par Laure Noulhat
- Truc 013 - Alcool : plus de compromis possible
- Truc 014 - Nouveau fichier national consacré au "retard scolaire"
- Truc 015 - Un siècle pour construire les professions du Social et du Médico- Social, quelques mois pour les détruire !
- Truc 016 - vidéo : documentaire sur la Martinique
- Truc 017 - La carte du Parti de la presse et de l’argent (PPA)
- Truc 018 - La Caisse d’Assurance maladie « sans zèle ni faiblesse »
- Truc 019 - Campagne de solidarité contre l’arbitraire patronal
- Truc 020 - 7 000 crimes et délits révélés par les internautes en 45 jours
- Truc 021 - Les Français réclament du bio
- Truc 022 - Daewoo colonise Madagascar
- Truc 023 - HADOPI ? "Création et Internet"
- Truc 024 - OGM : "L’industrie fait obstacle à la recherche "
- Truc 025 - video : La Consommation par la Terreur
- Truc 026 - message de Robert Fisk
- Truc 027 - "Peut-on recycler les déchets nucléaires ?"
- Truc 028 - La justice espagnole contre Israël
- Truc 029 - Obligation de démontage d’une antenne-relais
- Truc 030 - De l’encens classé comme stupéfiant
- Truc 031 - un livre : Pour en finir avec la chasse
- Truc 032 - Pourquoi boycotter "myspace"
- Truc 033 - La procédure "Véhicule Endommagé" reportée au 15 avril 2009
- Truc 034 - dailymotion : 2 liens sur le nucleaire
- Truc 035 - un film : HERBE
- Truc 036 - L’encyclopedie-anarchiste.org/
- dernier truc - Guillon Strauss Khan & Aphatie


 Truc 001 


Message original --------
Sujet : Travailler tue en toute impunité : pour combien de temps encore ?
Date : Mon, 23 Feb 2009 04:36:51 +0100
De : christian <christian.chaufaux@chaufaux.fr>
 
 
Travailler tue en toute impunité : pour combien de temps encore ?
Le constat est sans appel : le travail rend malade et tue tous secteurs et toutes catégories professionnelles confondues. Le nombre officiel des maladies professionnelles reconnues a explosé : 13 658 en 1996, 52979 en 2005. Le nombre d’accidents du travail graves et mortels reste très élevé : 537 décès en 2006, soit 13% de plus en un an. Ces chiffres officiels sont – on le sait – grandement sous-estimés en raison notamment d’une importante sous-déclaration. Les suicides directement liés au travail sont estimés à 400 par an, pour la plupart non reconnus comme accidents du travail. Plusieurs millions de salariés sont exposés, sans aucune protection, à des produits connus pour être cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction, contribuant ainsi grandement aux inégalités sociales face au cancer : un ouvrier a dix fois plus de risque de mourir du cancer avant 65 ans qu’un cadre supérieur.

Cette situation ne tombe pas du ciel : elle est le résultat de politiques d’entreprises, tant privées que publiques, pour lesquelles les coûts sociaux doivent être toujours plus compressés. Ces politiques ont privilégié et généralisé la sous-traitance, et intensifié le travail comme jamais depuis de nombreuses décennies. Et l’inspection du travail comme la médecine du travail n’ont toujours pas les moyens d’assurer leurs missions.

La lutte opiniâtre des victimes, de leurs associations et syndicats a permis des avancées, mais la course au profit sans entrave sème toujours la maladie et la mort.

Alors que le simple voleur de sac à main est condamné à 6 mois de prison ferme devant le moindre tribunal correctionnel en comparution immédiate, l’employeur coupable d’homicide dit involontaire à l’égard de son salarié, après des années d’instruction, est condamné - quand il est déclaré coupable - à quelques mois de prison avec sursis.

La mise en danger délibéré d’autrui par des choix de politique économique bénéficie dans ce pays d’une incroyable mansuétude. Les employeurs ne sont pas considérés comme de véritables délinquants. Trop souvent les procédures relatives à des accidents mortels du travail sont classées sans suite. Trop souvent les condamnations – lorsqu’elles interviennent - ne touchent que les employeurs en bout de chaîne de sous-traitance et sont symboliques. Les grands donneurs d’ordre y compris l’Etat, dont la responsabilité dans l’organisation du travail est pourtant essentielle, ne sont qu’exceptionnellement concernés et les indemnisations largement insuffisantes.

L’amiante est emblématique de ce que nous dénonçons : alors que le risque est connu depuis des décennies, que des milliers de personnes ont perdu leur vie et vont la perdre dans les prochaines années du fait de l’incurie manifeste des entreprises concernées, voire de leurs choix délibérés, Justice n’est toujours pas faite.

L’inégalité des armes entre le salarié et son employeur est patente et scandaleusement disproportionnée : l’égalité devant la loi est devenue une pure fiction.

Cette injustice se nourrit du silence collectif.

Les soussigné-e-s entendent dénoncer ici et maintenant cette situation inadmissible et intolérable.

Ils et elles exigent que la délinquance patronale soit enfin sanctionnée : la loi pénale doit être pleinement appliquée aux employeurs.

Ils et elles exigent que des moyens humains et financiers soient dégagés pour que la justice puisse réellement faire son travail.

Aucune amélioration de la santé et de la sécurité au travail n’est possible tant que la justice fonctionne à deux vitesses.

Aucune avancée n’est possible tant que les donneurs d’ordre pourront s’abriter derrière les règles du droit commercial pour s’exonérer de leurs responsabilités.

Tous et toutes ensemble nous disons : ça suffit ! Et nous agirons pour que cela cesse.

 

Signer la pétition -
http://www.fondation-copernic.org/petition/index.php?petition=3
Voir les signataires
http://www.fondation-copernic.org/spip.php?article218


 Truc 002 

Archive de l’Ina
Ris Orangis : le CAES
Actualités régionales Ile de France
FR3 - 16/07/1991 - 00h02m46s

A Ris Orangis, depuis 10 ans, une drôle de communauté, le Centre Autonome d’Expérimentation Sociale (CAES), mène sa vie à l’écart du monde : 80 artistes et artisans vivent et exercent dans une ancienne caserne de l’armée de l’air, à moitié retapée. Visite guidée. Paulo SEVEHON explique qu’il s’agit d’une sorte de village où la quasi totalité des corps de métier est représentée. Tous vivent de leur activité professionnelle qu’ils exercent ici à moindres frais. PAULO est sculpteur et se souvient des débuts du CAES. Il vend ou prête ses oeuvres. Il parle du rôle du CAES.

http://www.ina.fr/archivespourtous/index.php?vue=notice&from=fulltext&full=Ris+Orangis&num_notice=5&total_notices=9


 Truc 003 


Message original --------
Sujet : Témoins d’un abus ou d’une bavure policière ?
Date : Wed, 25 Feb 2009 08:38:44 +0100
De : Janos

Il n’y a aucune loi qui empêche de prendre des policiers en Photo
dans les manifestations c’est même inscris dans leur “code de
déontologie” et c’est même signé de la main de Sharkozy à l’époque ou il
était ministre de l’intérieur

Le seul truc qu’on ne peut pas faire c’est diffuser des Photos de policiers
non floutées sur le net pour cause de droits a l’image et que ça peut
être responsable d’une plainte des policiers contre l’hébergeur du site et
l’auteur du texte qui les a diffusés sur le net surtout depuis la loi
anti happy slapping qui dis qu’il est interdit de diffuser des images de
violences sur le net si on n’est pas journaliste avec une carte de
presse dûment authentifiée et certifiée


TEMOIN D’UN ABUS OU D’UNE BAVURE  ?

°°°°°°°°°°°

- ne pas tenter de s’interposer en cas de violence policière, sauf en
groupe et avec la volonté de soustraire l’éventuelle victime aux assauts
des policiers.

- il est possible de porter plainte contre la police en écrivant une
lettre recommandée avec accusé de réception au/à la procureur(e), en
détaillant au maximum les faits, les lieux et l’heure de leur déroulement.

- prenez des images si vous êtes en possession d’une caméra ou d’un
appareil photo, quitte à vous rapprocher de la scène (sans vous mettre
en danger) : vous avez tous les droits de filmer les policiers dans le cadre
de leur travail, c’est une garantie de l’article 226-1 du Code de
Procédure Pénale (CPP) et de l’avis n°2005-29 de la Commission Nationale
de déontologie de la sécurité. Les policiers n’ont le droit, ni de vous
interdire de le faire, ni d’exercer un contrôle sur ce que vous avez
pris en image, ni de vous le faire supprimer !

*Saisine n°2005-29*

*AVIS ET RECOMMANDATIONS*
de la Commission nationale de déontologie de la sécurité

* *

Avis de recommandations de la Commission nationale de déontologie de la
sécurité.

A la suite de la saisine, le 23 mars 2005 par Mme Marie-Christine
Blandin, Sénatrice du Nord.

*RECOMMANDATIONS*

Constatant une nouvelle fois l’inobservation manifeste par des services
de police des instructions relatives à la dignité des personnes en garde
à vue, la Commission, trois ans après l’entrée en vigueur de la
circulaire du 11 mars 2003, estime ainsi constitué un manquement à la
déontologie. Elle recommande également, ainsi que le prescrit le code de
procédure pénale, que les services enregistrent sans délai les plaintes
fondées sur des violences policières, quel qu’en puisse être le
bien-fondé apparent.

Il paraît opportun à la Commission qu’il soit rappelé aux forces
d’’intervention, notamment aux CRS, qu’elles doivent considérer comme
normale l’’attention que des citoyens ou des groupes de citoyens peuvent
porter à leur mode d’’action. Le fait d’être photographiés ou filmés
durant leurs interventions ne peut constituer aucune gêne pour des
policiers soucieux du respect des règles déontologiques.

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/1/08/83/19/guidejur.pdf

Reseau RESISTONS ENSEMBLE
***************************
+ Pour consulter le site : http://resistons.lautre.net
+ Pour s’abonner, se desabonner, se renseigner sur cette liste d’informations : http://listes.samizdat.net/sympa/info/resistons_ensemble
+ Pour ecrire : resistons@free.fr ou resistons_ensemble@yahoo.com
+ Pour s’inscrire a la liste de discussion de Resistons Ensemble :
http://listes.rezo.net/mailman/listinfo/resistons_ensemble


 Truc 004 

Publié le 22/02/2009 09:58 | Marie-Christine Bessou
http://www.ladepeche.fr/article/2009/02/22/562759-Des-agriculteurs-pionniers-du-chanvre-bientot-cinquante-hectares-en-Aveyron.html

Des agriculteurs pionniers du chanvre : bientôt cinquante hectares en Aveyron
Agriculture. Ils sont une dizaine de producteurs aveyronnais à vouloir
mettre en route la culture de cette plante aux multiples débouchés
économiques.

Start Hemp, ça veut dire démarrer le chanvre en mauvais occitan,
c’est-à-dire en anglais », indique, goguenard, Pierre Amadieu qui a
donné ce nom à la société qu’il a créé dans le Tarn. La réflexion de la
culture du chanvre, il la mène depuis les années 2000 et son premier
semis date de 2001 sur la commune de Livinhac-le-Haut. Précurseur en la
matière, pour lui « l’agriculture biologique ne se résume pas à un
cahier des charges et à une somme de pratiques mais à d’autres modèles
de consommation ». Il a donc négocié ce « virage essentiel du
développement durable. Le chanvre, c’est de l’aménagement du territoire,
du développement durable, de la formation d’agro-matériaux si l’offre
alimentaire est satisfaite ». Le chanvre est simple à cultiver, « on le
sème en avril, on le récolte en septembre, la difficulté vient de
l’outil de transformation des pailles d’où notre mise au point d’une
ligne de prototype ». Ce projet collectif, la société Start Hemp le mène
afin de relocaliser production et transformation. Une société, qui est
donc venue, en la personne de Pierre Amadieu, présenter cette culture du
chanvre auprès d’une dizaine d’agriculteurs aveyronnais qui ont « la
volonté d’aller de l’avant et une mentalité de pionnier ». Le chanvre
est une culture facile aux nombreux débouchés. Il y a tout d’abord
l’alimentaire et le cosmétique avec le Chènevis, la graine de chanvre ;
les matériaux bio-composites que l’on retrouve dans les pièces de
mécanique automobile avec la fibre de chanvre ; mais aussi l’isolation
écologique du bâtiment avec la chènevotte, le cœur de la plante. Un bon
semis et le savoir-faire diffusé par Start Hemp sont garants d’un bon
développement.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Actuellement, le chanvre (fibres) tente une nouvelle percée économique sous plusieurs formes manufacturées :

 * La pâte à papiers spéciaux, tels que le papier Bible et le papier à cigarettes.
 * L ’isolation : laine de chanvre légère, économique, recyclable ; panneaux rigides.
 * Les compounds ou matériaux associés (plastique + chanvre) servent à fabriquer une matière première prête à l’emploi pour l’industrie (produits moulés).
 * Les aiguilletés sont utilisés dans l’industrie automobile.
 * Les matériaux pour le bâtiment (mortier et béton de chanvre) utilisent la chènevotte, résidu ligneux de la tige.
 * Les litières pour les animaux en chénevotte sont très absorbantes.
 * Le paillage des sols (pouvoir absorbant, isolant, de pH neutre et stable au vent).
 * L’améliorant de sols en granulés aide à la régénération de l’humus.
 Les tissus et vêtements de chanvre : quelques entreprises tentent de relancer leur fabrication .
 * La valorisation des résidus (huiles, agglomérés).

Ses propriétés mécaniques (tension, flexion), sa légèreté, son faible coût, sa recyclabilité font du chanvre un matériau en cours de développement qui fait l’objet de recherches scientifiques et techniques.

En savoir plus sur le chanvre :
http://www.futura-sciences.com/fr/doc/t/technologie/d/du-vegetal-aux-textiles_585/c3/221/p6/


 Truc 005 


Message original --------
Sujet : CONTRE LA PRISON DES PEUPLES : ABSTENTION POPULAIRE !
Date : Thu, 26 Feb 2009 19:42:44 +0100
De : francois <paco.f@francois.net>

Le 7 juin prochain les électeurs français sont appelés à voter pour envoyer des députés au parlement européen. Dans un bel ensemble les partis politiques du système, majorité comme opposition, s’apprêtent à organiser entre eux le partage de ce gâteau. Les forces sociales et politiques engagées dans une démarche de résistance républicaine, patriotique et de progrès doivent prendre position face à cette échéance.

Le parlement européen est-il un organe démocratique ?

Dans sa nature comme dans son action, le parlement européen est un des instruments de la domination atlantiste et capitaliste sur le continent. D’une part, ne représentant aucun corps politique, car les peuples résident dans les nations et non dans une chimère bureaucratique, il n’a aucune légitimité démocratique, ne sert qu’à isoler encore un peu plus les citoyens des instances dirigeantes et à supprimer pour les peuples le droit à disposer d’eux-mêmes. D’autre part, jamais en retard d’une résolution attaquant les droits sociaux ou l’indépendance des nations européennes, cette assemblée croupion est, malgré son fonctionnement ubuesque, un efficace rouage d’un système à vocation totalitaire. Les parlementaires qui s’y font élire choisissent donc la voie de la collaboration, à moins de s’y présenter - paradoxe aussi rare que suprême - en tant qu’ennemis affichés de ce système et de réclamer explicitement sa destruction.

La construction européenne est-elle amendable ?

Il est singulier de constater que, de toutes les listes en cours de formation, qu’elles soient eurobéates ou eurocritiques, aucune n’ose soutenir pleinement le bilan et la continuité de l’Europe telle qu’elle est, mais toutes proposent des changements de fond de plus ou moins grande ampleur, changements dont un demi-siècle d’intégration à sens unique démontre la stricte impossibilité.

En effet, depuis les "pères fondateurs" jusqu’à ses derniers développements contemporains, la construction européenne confirme sa nature néolibérale de vecteur des intérêts impérialistes états-uniens et de rempart contre la volonté souveraine des peuples. Ainsi, proposer une "autre Europe" est une tromperie ; on ne peut décemment débattre de contenus sociaux, démocratiques ou pacifiques dans le cadre d’une organisation dont les fondements et les actions sont l’expression constante du contraire, comme en témoignent la casse industrielle et sociale, les délocalisations, la concurrence inhumaine ou la soumission à l’OTAN.

Évidemment, devant la colère montante des citoyens des 27 pays de l’UE prison des peuples, les partis politiques représentés en sont réduits à jouer les illusionnistes et à proposer des modifications de l’intérieur. De l’extrême gauche à l’extrême droite, la fonction des tenants d’une "autre Europe" est la même : il s’agit d’agréger les justes colères visant l’Europe pour les neutraliser sur une voie de garage. L’Union européenne n’étant pas réformable, le débat ne devrait plus porter sur les changements à y apporter mais sur les modalités à mettre en œuvre pour en sortir dans les meilleures conditions. Pour cela, la prochaine élection du parlement européen n’est d’aucune pertinence.

Le choix de l’abstention

L’éventuelle présence de listes dénonçant tous les traités européens, appelant à la sortie de l’UE et au refus de la supranationalité mériterait toutefois que les électeurs les soutiennent. Or, l’organisation du système politique français, notamment le mode de financement des partis et l’omerta planifiée sur les moyens de communication de masse, rend pour le moment impossible la constitution de telles listes, et cela alors que l’aspiration à la rupture avec l’UE est potentiellement majoritaire dans le pays.

En l’absence contrainte de listes avançant sous la bannière de la sortie de l’UE, le Comité Valmy propose donc de lancer une campagne civique pour une abstention populaire massive le 7 juin. Dans l’action pour tracer, avec d’autres forces, une perspective de rassemblement populaire et d’espérance nouvelle, nous appelons tous les citoyens et les organisations qui se réclament de la résistance : les communistes patriotes et internationalistes, les gaullistes authentiques, tous les républicains qui se reconnaissent dans la défense de l’indépendance nationale, de la souveraineté populaire, de la laïcité, du progrès social et de la paix, à se mobiliser pour le boycott de ces élections européennes inutiles, trompeuses et perverses.

L’abstention ne s’oppose pas au civisme : les dirigeants euro-atlantistes et leurs complices nationaux ont suffisamment montré leur mépris de la souveraineté populaire en refusant à répétition le résultat des référendums pour qu’on puisse, en toute conscience, surmonter le chantage à la beauté et au respect du suffrage universel.

En foi de quoi, comme, à la différence du vote blanc ou nul, la non-participation pure et simple est le seul acte comptabilisé dans les statistiques, nous n’irons pas voter ! En hausse constante à chaque élection du parlement européen depuis 1979, l’abstention montrera le rejet des Français à l’égard de cette dictature masquée.

Comité Valmy, 23 février 2009 info@comite-valmy.org www.comite-valmy.org

source : comité valmy

— 


 Truc 006 

Vade Retro Nicolas
http://www.youtube.com/watch?v=f16JnTg6mQE&NR=1


 Truc 007 


Message original --------
Sujet : Appel de Marseille : LA DIVISION, ÇA SUFFIT !
Date : Thu, 26 Feb 2009 15:41:19 +0200
De : Damnés de la Terre

Cette interpellation des partis politiques à gauche du PS sur l’exigence de l’unité,
montre le sursaut des organisations associatives, syndicales et citoyennes.
Que les partis politiques en fassent bon usage !

Amicalement

Lionel

LA DIVISION, ÇA SUFFIT !

Le 29 janvier, nous étions deux millions et demi dans les rues, pour crier notre colère et dire stop à la politique de Sarkozy et à sa gestion de la crise économique.

Nous étions deux millions et demi parce que cette journée était appelée dans l’unité par l’ensemble des organisations syndicales. Nous devrons être encore plus nombreux dans les mobilisations à venir, en métropole comme en Outre Mer, puisque le gouvernement et le MEDEF n’ont pas répondu à nos exigences !

Les organisations de la gauche de gauche ont su ENSEMBLE et dans l’UNITÉ apporter leur soutien à la mobilisation sociale. Pourtant, elles se montrent incapables de s’unir pour offrir une perspective politique à toutes celles et tous ceux qui se battent, qui souffrent, qui ne croient plus dans l’alternance sociale libérale et veulent construire une réelle alternative à cette société capitaliste et ultra libérale !

Nous sommes des militants syndicaux de différentes organisations, militants engagés des milieux associatifs ou culturels ; Certains sont engagés dans des organisations politiques ;et nous voulons, ensemble, porter cette exigence :

la division, ça suffit !

Les élections européennes peuvent être l’échéance pour sanctionner la politique de Sarkozy. Elles doivent aussi être l’occasion d’exprimer notre rejet de la politique européenne conduite par la droite et accompagnée par le Parti Socialiste Européen et l’ensemble des élu-e-s qui ont approuvé et cautionné le traité de Lisbonne. Un texte qui reprend le Projet de TCE qu’ensemble nous avions refusé.

Ce cadre légal est un feu vert pour les politiques de licenciements massifs, de perte du pouvoir d’achat, de restriction des libertés individuelles et collectives, de démantèlement des Services Publics, de musellement de l’expression culturelle et artistique. Nous ne voulons pas de cette Europe-là.

Certes nous avons des divergences, puisque nous sommes dans des partis différents ou que nous ne nous reconnaissons dans aucun d’eux. Prenons le temps d’approfondir ce qui fait débat, mais sans oublier que nos convergences peuvent permettre d’affirmer dans l’unité nos exigences communes : celles d’une Europe des Peuples où le droit et l’exigence démocratique permettent une juste répartition des richesses et un modèle de développement qui respecterait êtres humains et environnement.

Unis, nous serons plus forts pour changer les rapports de force en Europe, et en France.

Pour que se construise une unité durable au-delà des élections européennes, c’est dès maintenant que nousdevons ensemble engager combat et débat.

La dynamique créée par la mobilisation unitaire sera la meilleure garantie pour que puisse perdurer un « front de gauche anticapitaliste » !

La division au contraire ne peut que désespérer les salariés, les chômeurs, les immigrés, les sans droits, les jeunes.

Pour tous ceux là, peu importe qui arrivera en tête dans le camp de la gauche de gauche. Ce qui leur importe, c’est la volonté de cette dernière de débattre de propositions qui répondront à leurs exigences et à leurs espoirs.

Arrêtons avec cette logique de boutique. La division, ça suffit !

La division ne provoquera qu’abstention et repli sur soi. Pour que la gauche de gauche prenne le pas
sur les socio-libéraux, il faut une dynamique populaire. Pour cela, la question de la démarche unitaire est centrale.

S’il y a unité des organisations, alors les militants syndicaux, les militants associatifs,
les « simples » citoyens s’engageront dans la campagne, comme en 2005.

Rompons avec la situation mortifère issue de 2007. Il n’est pas trop tard, mais le temps presse.
Sinon, les seuls vainqueurs seront le MEDEF et Sarkozy.

Divisés nous ne sommes rien. Unis, nous pouvons tout !

signataires :

Bernard ALLAIN ; Daniel AMIOT ; Jean Claude APARICIO ; Louis BONASSI ; Olivier BOSCH ; Jacques BOUDET ; Paul BOUFFARTIGUE ; Avelino CARVALHO ; Nadine CASTELLANI ; Dany COLOMBO ; Salvatore CONDRO ; Michel COSTES ; Martine DURAND ; Cathy FERRÉ ; Jean Marc FRANCO ; Christian GARNIER ; Frédéric GROSSETTI ; Malek HAMZAOUI ; Antoine HOLLARD ; Louis IORIO ; Margot JAMGOTCHIAN ; Annick KARSENTY ; Jean Claude LABRANCHE ; Françoise LAROCHE ; Véronique LATTELAIS ; Olivia LEMOINE ; Jacques LERICHOMME ; Horiya MEKRELOUF ; Nicole PLASSAT ; Jean Louis RIBEIRA ; Henri SAINT JEAN ; Marcel SIGURET ; Gilbert TOMASI ; Philippe TOURRETTE ; Yvette VILLE ;


Collectif des Damnés de la Terre

contact@damnesdelaterre.com
www.damnesdelaterre.com


 Truc 008 

une tit’ vidéo : Le Relais Shit
http://www.youtube.com/watch?v=XO3csKQoXUI 


 Truc 009 


Message original --------
Sujet : L’Unité, combien de divisions ?
Date : Wed, 25 Feb 2009 22:42:38 +0200
De : Damnés de la Terre

L’Unité, combien de divisions ?
Par Geneviève Confort-Sabathé
Ex-militante du PCF (un an)
Ex-co- porte-parole des CUALS de l’Hérault
Ex-militante du PG (une semaine)
Militante sans parti.

La dissertation ci-dessous poursuit deux buts :
- Appeler tous les militants des partis concernés mais aussi tous les citoyens engagés dans des réseaux de résistance, à se mobiliser pour que s’ébauche un vrai débat sur l’utilité d’épuiser nos forces militantes pour envoyer quelques représentants au parlement européen. La recherche de l’U-NI-TE n’a de sens que si elle produit du bonheur, de l’utopie, de l’espoir.
- Se réapproprier le mouvement social, aujourd’hui confisqué par les syndicats majoritaires. La grève générale reconductible est notre seule chance d’imposer un vrai bouleversement. Les élections européennes sont une illusion, les grèves générales ont changé la donne en Amérique latine, provoqué la démission du gouvernement en Islande et menacent l’empire béké dans les territoires d’Outre-Mer.

°°°°°°

Il fut un temps où la gauche intellectuelle française feignait de s’interroger, non sans causticité, autour d’une formule fameuse qui opposait Sartre à Aron. Les exégètes du premier n’y allaient pas de main morte, préférant, à tout prendre, « avoir tort avec Sartre plutôt que raison avec Aron ». Le débat n’était guère animé car la gauche intellectuelle française était sartrienne par nature. Terrassé par cette formule lapidaire, Aron avait-il raison pour autant ? Voilà bien une question que nul ne se posait puisque le questionnement manichéen impliquait un engagement indéfectible et quasi religieux pour le charismatique bigleux.

Quelque quarante ans plus tard, la gauche intellectuelle française, éparpillée en multiples chapelles, reprend l’antienne, postulant le même engagement indéfectible et quasi religieux pour l’U-NI-TE, évitant, par là même, de se poser la question de l’opportunité de participer à des élections sans enjeu.

« Plutôt avoir tort avec les Unitaires que raison avec les Diviseurs. Voire ! »

La grande nouveauté est, qu’en France, le débat politique s’est déporté sur la gauche radicale. L’autre, la social-démocrate, semble sous assistance respiratoire. Le rose pâle se porte livide.

La gauche intellectuelle radicale, désormais seule garante des lendemains qui chantent, se déchire entre Unitaires sans condition, Unitaires sous condition, Diviseurs contraints et Diviseurs contrits. Les observateurs médiatiques rejettent, classiquement, la responsabilité du désastre prévisible aux élections européennes sur ceux qui refusent la « main tendue ».

La politique de la « main tendue » n’en demeure pas moins d’une grande subtilité. Qu’on en juge : « Un parti enfançon (le PG) tend la main à un parti sénescent (le PCF) qui s’empresse de l’agripper tout en refusant de tendre l’autre à un parti adulescent (le NPA), lequel prétexte une arthrose de certaines de ses phalanges pour éviter de sortir les mains qu’il a pitonnées aux poches. Agrippés aux jambes des trois champions, des alternatifs verts, rouges et multicolores, des objecteurs de croissance, des communistes unitaires et des libertaires fédérés ou pas, des syndicalistes en rupture de centrale, tirent à hue et à dia ».

Jamais une élection n’a été plus accessible à la gauche radicale, jamais un piège n’a été mieux tendu. Personne ne s’interroge sur l’opportunité d’envoyer une minuscule flottille de députés au parlement européen, un parlement pourtant sans pouvoir, un « parlement croupion », véritable alibi de la Commission européenne omnipuissante. Un parlement dont le seul droit est de murmurer NON lorsqu’une loi hideuse lui passe sous les yeux. Veto dont il n’a usé que quatre fois en quarante ans (Bolkenstein, mon amour !). Quant à proposer et défendre un projet de loi, ses statuts ne le lui permettent pas.

Voilà un débat qui permettrait peut-être de réaliser l’U-NI-TE autour d’un boycott à la mesure de cette immense escroquerie. Seulement, il faudrait renoncer aux espèces sonnantes et trébuchantes qui accompagnent de leur doux chant toute participation réussie à une élection. Voilà pourquoi certains partis naissants, renaissants ou semi-exsangues poussent à l’U-NI-TE à fond la caisse, ou plutôt à fond le tiroir-caisse.

Il n’en reste pas moins que le débat sur l’U-NI-TE, la faire ou pas, et avec qui, n’est pas à négliger car il (re)pose la question du vote utile. « Tous ensemble, Tous ensemble. derrière le PS », pourrait bien devenir « Tous ensemble, Tous ensemble. faisons l’U-NI-TE ! »

Poser la question de l’unité avant celle de l’opportunité de participer, c’est comme demander à un enfant de prendre son vélo et pédaler sans lui indiquer le but du voyage. L’instrumentalisation de l’urgence sociale et écologique ressemble furieusement à une fuite en avant, comme l’enfant condamné à pédaler pour éviter de tomber, nous serions condamnés à faire l’U-NI-TE pour éviter une embardée populaire, une de ses révoltes qui finit en révolution. Il suffit d’écouter les élites politiques de la gauche radicale ou du syndicalisme d’accompagnement, elles crèvent de peur. Une peur viscérale du peuple et de ses débordements.

Pour les Unitaires sans condition (emmenés par les dirigeants du PG), la politique de la « main tendue » confine à l’axiome, toute vérité qui ne s’y réfère est frappée d’anathème. Il me paraît essentiel, au contraire, de la poser comme simple hypothèse d’école nécessitant, au moins, le temps de la réflexion. L’agitation médiatique faite autour de ce concept de mauvaise propagande semble destinée à justifier l’échec éventuel du cartel des gauches radicales et à désigner, a priori, des boucs émissaires (le NPA voire les alternatifs rétifs). La mayonnaise est en train de prendre. Il suffit de lire les éditos, plus personne ne se demande ce que la gauche radicale va faire dans cette galère euro-compatible avec le traité de Lisbonne. Les éditos s’emploient à culpabiliser les Diviseurs.

Pour les Unitaires sous condition, la politique de la « main tendue » s’apparente à la politique de la claque dans la gueule. Beaucoup moins polie mais sans ambiguïté. La direction du PCF ne veut ni de la Fédération, ni du NPA mais elle tend la main à la CNCU, sombre émanation de la gigantesque OPA du PCF sur les CUALS. Lors du meeting fondateur du Front de Gauche à Frontignan (Hérault), les CUALS avaient délégué, à la tribune, une jeune fille sans étiquette visible, pourtant c’est un communiste qui représente les CUALS de l’Hérault lors des discussions du lundi qui regroupent les « partenaires » de l’attelage électoral. Des réunions où les communistes font la pluie et le beau temps. Histoire de vérifier mes inquiétudes, j’ai même adhéré au PG pendant une semaine (60 euros de ma poche), le temps d’y découvrir des pratiques antidémocratiques affolantes. Les porte-parole départementaux et la candidate de l’Hérault pour les élections européennes y ont été désignés par le fait du prince (le représentant départemental du PG) et ensuite présentés, sur le site officiel, comme ayant été élus à la majorité (pour les porte-parole) et à l’unanimité (pour la candidate) ! J’ai assisté à ces basses manouvres avant de « démissionner » sans fracas médiatique

Pendant que les Unitaires jouent la montre, les Diviseurs contraints jouent le « tchat » et Olivier B. s’invite en « facteur réseau ». Fi des partis opportunistes, vive le réseau, tous les réseaux ! Ecumant la Toile, l’élite révolutionnaire du NPA a pour mission de ringardiser les Unitaires, les présentant au mieux comme des pro-nucléaires honteux, au pire comme des supplétifs du PS, chargés de « fixer » les électeurs, dès le premier tour des élections régionales et nationales à venir. Pour réussir son travail de sape, le NPA utilise des intellectuels qui s’affrontent, par courriels policés, sous le regard las d’un public décontenancé. Pendant ce temps, les néo-militants rongent leur frein en espérant que les statuts du NPA qui prévoient la mise en place d’une large plate-forme de porte-parole les libèrent enfin de l’omniprésence médiatique d’Olivier B.

Quant aux Diviseurs contrits, ils appartiennent à des réseaux citoyens fortement courtisés par les stratèges du NPA. Longtemps relégués au militantisme souterrain, symbolisé par la stratégie de la guérilla pacifiste, ces réseaux sortent de l’ombre. Si les soutiers affichent l’air contrit de ceux qui seraient bien restés dans l’anonymat des campagnes, leurs chefaillons, alléchés par des places (pourtant bien peu nombreuses) se pourlèchent les babines. Le NPA semble avoir jeté son dévolu sur ces groupes informels, riches de milliers de militants purs et actifs. Certains réseaux sont sur le point d’imploser, celui des Objecteurs de Croissance ressemble à un arbre foudroyé. Ecartelé, ce réseau fort d’imaginaires collectifs et d’utopies créatrices auquel j’envisageais d’adhérer voit, depuis plusieurs semaines, ses chefs s’insulter sur la Toile. Certains caporaux envisagent même une (més)alliance avec l’ex-chantre de Génération Ecologie pour pouvoir s’asseoir à la table de l’Europe. Il paraît que la soupe y est bonne.


Collectif des Damnés de la Terre
contact@damnesdelaterre.com
www.damnesdelaterre.com


 Truc 010 


Message original --------
Sujet : Unité unité
Date : Thu, 26 Feb 2009 14:00:49 +0100
De : Yves

COMMUNIQUE

Urgence pour la convergence de la gauche de transformation sociale en juin 2009

Alors que des mobilisations fortes sont en cours (Guadeloupe, Martinique, monde universitaire, 19 mars…) et que leur prolongement dans les urnes constitue un enjeu majeur pour la construction d’une alternative sociale et écologique, le risque d’échec d’une convergence unitaire à l’occasion des élections européennes de juin 2009 se dessine. Il est urgent de réagir !

La Fédération a souligné, lors de sa rencontre avec le NPA, le 18 février, qu’aucun préalable ne devrait empêcher l’unité de la gauche de transformation sociale.

La demande de rencontre qu’elle a adressée au PCF et au PG le 10 février dernier n’a eu à ce jour aucune réponse.

La Fédération souligne la responsabilité de chacun pour enclencher une dynamique unitaire capable de prolonger le Non de gauche au TCE, de développer la lutte contre le Traité de Lisbonne et de porter ensemble des exigences anticapitalistes et écologiques en faveur d’une autre Europe.

Elle se fait l’écho de l’exigence unitaire qui s’exprime dans toutes les sphères de la gauche de transformation sociale et du risque de la décevoir.

La Fédération propose de concrétiser maintenant une démarche la plus large et la plus ouverte possible. Elle propose au NPA, au PCF et au PG la tenue rapide d’une rencontre pour créer les conditions d’une telle dynamique politique.
 
Le 26 février 2009

 
Pour nous contacter : contact@lafederation.org
Pour ce dossier vous pouvez aussi contacter
Gilles Monsillon au 06 73 68 86 33


 Truc 011 


Message original --------
Sujet : Quelle est la seule issue que j’aurai dans l’isoloir pour le vote des Européenne
Date : Thu, 26 Feb 2009 23:23:08 +0100
De : Damnés de la Terre

Au risque de choquer ceux et celles qui ne veulent pas nous entendre

Quel est la seule issue que j’aurai dans l’isoloir pour le vote des Européennes ?

je saurai
que L.o. se présente "seule"pour simplement témoigner de ses options .
que Le NPA , comme la LCR pour la présidentielle , a décidé de rouler pour LUI !
que les verts avec C BENDIT sont des libéraux .
que Le PCF et le PG ont bâti un front de gauche , à la condition qu’il soit autour d’eux !

"Unitaire dans l’esprit du NON29Mai05 " je voterai donc pour une liste "unitaire" de type "Appel de Politis" - Fédération de tous les unitaires "bien à gauche" .

Mais si malheureusement cette liste n’a pas vu le jour .....
Quel est le seul issu que j’aurai dans l’isoloir pour le vote des Européennes ?
- râler
- me résoudre au moindre mal ?
- choisir quand même un bulletin de vote des "casseurs d’unité " , des "partidaires" ?

la seule issue que j’aurai dans l’isoloir sera de manifester mon désaccord avec
d’abord la droite et son extrême ! le libéralisme du centre et des Verts !
ensuite le PS et ses aspirations sociales démocrates !
enfin la gauche de la gauche éclatée , unitaire qu’en paroles !

et le seul bulletin que j’aurai à ma disposition pour manifester mes "contres" ci dessus, sera le bulletin blanc !

les "légalistes" vont vite se précipiter pour dire qu’il n’est pas comptabilisé  !

Alors essayons de préciser ce symbole
1- Si au dépouillement , les scrutateurs le mettent de côté , les "partidaires" présents devront enregistrer que ce bulletin blanc est un véritable appel à l’unité : Pour soutenir leur "unité factice " le votant aurait du choisir leur bulletin de vote : ce n’est pas le cas ! Retiendront-ils la leçon ?
2- Ce bulletin blanc n’est pas une abstention : il n’est pas un "ni pour ni contre le NPA- le PCF- le PG - LO etc " : il est " contre" la stratégie de ces partis , impuissants à promouvoir l’unité ou décidés à ne pas la favoriser !
3- Si nous revenons , sur le NON29mai05 , nous savons bien que ce vote "Négatif" contre la sauce de Giscard , était en réalité un OUI à une autre Europe ..."Solidaire- laïque- Sociale -Etc !

 Donc ce bulletin BLANC doit représenter à nos yeux pas seulement un désaveu , un "CONTRE" , mais surtout une affirmation de ce que nous souhaitons !

 Alors si nous faisons l’inventaire des "avancées" que nous voulons inscrites dans le rassemblement de nos utopies , "avancées " plus ou moins rejetées par les parties de Gauche

ce bulletin blanc , pour chacun de nous , va manifester notre choix pour
- la décroissance
- le refus du nucléaire
- l’Unité
- une Europe solidaire
- .............et ..chacun ajoute ses impératifs  : motifs de son vote "blanc"

Pierre NICOLAS


Collectif des Damnés de la Terre

contact@damnesdelaterre.com
www.damnesdelaterre.com


 Truc 012 

13/02/2009
ONG : un dangereux baromètre par Laure Noulhat
http://environnement.blogs.liberation.fr/noualhat/2009/02/ong-un-dangereu.html

Ong Passer les ONG au crible ? C’est en tous cas l’intention du baromètre réalisé par la Fondation Prométhéus (1) pour la deuxième année consécutive : vérifier les pratiques de gouvernance et de transparence de ces donneuses de leçon, parfois embarrassantes, souvent pertinentes mais toujours utiles.

La Fondation attribue une note sur 10 à 92 associations uniquement à l’aune des informations glanées sur leur site Internet. Les associations retenues l’ont été en fonction de deux critères : leur participation dans le débat public et leurs subventions. Médecins du monde récolte un 10/10, Greenpeace un 5/10, la Criirad un 1/10... D’après le président de la fondation, à l’origine du baromètre, "toutes reçoivent de l’argent public, qu’il s’agisse de l’Etat, de la Commission européenne ou d’institutions publiques internationales. Notre Fondation a jugé utile de s’intéresser à ces nouveaux acteurs" a confié Bernard Carayon, député UMP du Tarn. "Elles deviennent des acteurs d’influence importants, des creusets d’élaboration de normes nouvelles, elles recueillent des fonds de grandes fondations, ou des états. Il faut leur appliquer les critères de transparence qu’elles ont elles-même contribué à faire prévaloir dans le fonctionnement des entreprises.", selon le président de Prométhéus.

Pour être sacrée bonne élève aux yeux de Prométhéus, l’association doit mettre en ligne diverses informations financières (compte de résultat, budget, analyse comparative, bilan, rapport moral) et et de gouvernance (statuts, objet et raison sociale, identification des personnes-clefs, ...). Après l’enquête, la Fondation a prévenu les ONG et leur a accordé un mois pour rectifier le tir. "Une vingtaine d’entre elles seulement nous a rappelés" prévient-on, sans préciser que le numéro de téléphone envoyé était erroné, ce qui a pu en décourager certains. Ainsi, le Réseau Action Climat avait initiatialement récolté un 4/10 mais la mise en ligne du rapport 2007 du commissaire aux comptes, du bilan comptable et du rapport moral l’ont fait bondir à 9/10. "Pour avoir 10/10, il eut fallu que l’association mette le parcours de chaque membre du bureau en ligne" explique le comptable du RAC.

Même s’il a tout son intérêt, se contenter de ce baromètre pour se faire une idée de l’association est idiot, voire dangereux. C’est comme s’il fallait choisir son plombier en fonction de la couleur de sa camionnette, et non de ses compétences. La production de l’association n’a aucun rôle dans la notation. Dommage. Voilà pourquoi le monde associatif passé au crible se fiche un peu du classement, même s’il considère que des efforts méritent d’être faits. A condition d’avoir le temps et les moyens humains de les fournir. Au-delà de la transparence, l’indépendance et la légitimité d’une association, c’est à dire le sens même de son action, sont fondamentales.

Dans le classement, la Criirad -association plus qu’utile pour la mesure indépendante de la radioactivité en France- ou l’association Negawatt -groupe d’experts spécialisés dans l’énergie- écopent de notes très faiblardes, respectivement de 1 et 2 sur 10. "Nous aurions pu avoir au moins 3, plaide Roland Desbordes, le directeur de la Criirad, mais ils n’ont pas su trouver les informations qui figurent sur notre site". En effet, en fouillant un peu, on découvre la liste du CA, les comptes, les statuts et l’objet de l’association. De quoi grimper dans le baromètre. De toute façon, Roland Desbordes s’interroge sur la pertinence des critères de notation retenus. "Ce que nous mettons en priorité sur notre site, ce sont les informations sur nos missions de mesure et nos campagne. Comment juger ce qu’il y a à l’intérieur de la pièce uniquement à partir de la fenêtre sur l’extérieur qu’est le site internet ?" Il n’y a rien sur les adhérents ou les moyens de communiquer avec les adhérents.

Certaines ONG (bien notées) s’interrogent sur les vraies raisons d’une telle initiative. Le baromètre arrive plus ou moins au moment où le député Pancher remet à plat les critères de représentativité des ONG. Et il faut désigner celles qui prendront part au comité de suivi du Grenelle. Quelles sont celles qui peuvent avoir pignon sur rue et celles qu’il vaut mieux écarter ? Si le baromètre devient l’une des boussoles pour décider quelles ONG méritent leur place comme vigies du Grenelle, cela n’augure rien de bon.

(1) Signalons au passage que le Conseil d’administration de la fondation est composé des meilleurs ennemis des ONG (10 entreprises issues de secteurs dits stratégiques comme la pharmacie, la banque, l’énergie, ..., c’est à dire Areva, Sanofi, Thalès, Dassault, Sagem sécurité défense, ...).


 Truc 013 


Message original --------
Sujet : Alcool : plus de compromis possible
Date : Fri, 20 Feb 2009 00:05:38 +0100
De : reseau 19

 Alcool : plus de compromis possible
Toléré et même parfois conseillé, le petit ballon de rouge quotidien avait plutôt bonne presse. L’Institut national du cancer révèle pourtant le danger de cette pratique : toute consommation régulière d’alcool augmente fortement le risque d’apparition de certains cancers.

Dans une brochure, éditée à destination des professionnels de santé, l’Institut national du cancer (INCa) fait le point sur les dernières découvertes concernant les liens entre cancer et alimentation. L’alcool y apparait comme l’un des facteurs associés à l’apparition de plusieurs cancers : bouche, pharynx et larynx, œsophage, côlon-rectum, sein et foie. Ce risque augmente avec la quantité globale d’alcool absorbée mais il est significatif même en cas de consommation modérée. Par verre consommé par jour, la hausse du risque va de 9% (colon-rectum) à 168% (bouche, pharynx et larynx). Les spécialistes déconseillent donc toute consommation d’alcool.

Plusieurs mécanismes peuvent expliquer l’augmentation de risque de cancers associée à la consommation de boissons alcoolisées. Certains sont communs à plusieurs localisations de cancers. Le plus important d’entre eux est la production de métabolites mutagènes à partir de l’éthanol. En effet, l’éthanol est métabolisé en acétaldéhyde (molécule très réactive à l’égard de l’ADN, reconnue cancérogène pour l’homme).

D’autres mécanismes semblent plus spécifiques de certaines localisations, par exemple : l’éthanol contenu dans les boissons alcoolisées consommées entre directement en contact avec la muqueuse des voies aérodigestives supérieures (VADS :bouche, pharynx, larynx et œsophage) : il agirait localement comme un solvant et augmenterait la perméabilité de la muqueuse aux cancérogènes tels que le tabac ce qui expliquerait notamment la synergie observée entre ces deux facteurs de risque de cancers des VADS ;

En 2007, la fraction des cancers attribuables à la consommation d’alcool en France a été estimée à 10,8 % chez l’homme et à 4,5 % chez la femme pour l’année 2000 (IARC, 2007). Selon ce même rapport, la consommation de boissons alcoolisées est la deuxième cause évitable de mortalité par cancers, après le tabac. Les français consomment en moyenne 12,9 litres d’alcool pur par habitant et par an (un verre de vin, un pastis ou un demi de bière correspondent à 10 grammes d’alcool pur).

J.I.

 19/02/2009
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/sciences/sante/20090219.OBS5465/alcool__plus_de_compromis_possible.html


 Truc 014 


Message original --------
Sujet : [Liste anti-délation]Création d’un nouveau fichier national consacré au "retard scolaire"
Date : Fri, 20 Feb 2009 23:29:28 +0100
De : Websurfers

Création d’un nouveau fichier national consacré au "retard scolaire"

vendredi 20 février 2009, par jesusparis

Un arrêté publié au JO du 18 février 2009 [1] crée un fichier d’« informations
nominatives » consacré au « retard scolaire des élèves [2] résidant dans les
quartiers de la politique de la ville ».

La Cnil a délivré un récépissé...

http://www.hns-info.net/spip.php?article17394

http://legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000020276633


Collectifslocaux-anti-delation@rezo.net - http://listes.rezo.net/mailman/listinfo/collectifslocaux-anti-delation


 Truc 015 


Message original --------
Sujet : article
Date : Thu, 5 Mar 2009 22:21:01 +0000 (GMT)
De : L sophie

 Pour une fois c’est moi qui t’envoie un truc, paru dans le monde libertaire d’aujourd’hui...
 (si tu peux achete le, ça fera du fric au journal)

 bises - Sophie

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Un siècle pour construire les professions
du Social et du Médico- Social,
quelques mois pour les détruire !

Non au démantèlement de la Convention 1966 : rappel…

L ‘éducation spécialisée est issue des systèmes pénitentiaires et des congrégations religieuses. La nomenclature de l’enfance inadaptée fut établie sous le gouvernement de Vichy, et subit une forte influence du scoutisme. L’Enfance Inadaptée est gérée au départ par un puissant secteur associatif (70% des établissements regroupés dans des fédérations de parents d’enfants inadaptés). Grâce à la détermination des personnels qui ont lutté pour se dégager des influences religieuses, et du bénévolat, des syndicats professionnels ont élaboré la Convention Collective Nationale du 15 mars 1966. Sur les 700.000 salariés de la branche, 240.000 bénéficient de cette convention. Tout salarié, personnel de service administratif, éducatif, médical en bénéficie. Les professions sociales se structurent à partir de là autour des diplômes, et des qualifications dans tous les champs d’intervention (handicap, Milieu Ouvert, Prévention Spécialisée…).
Depuis 2005 les syndicats employeurs du secteur (SOP-SNASEA,FEGAPEI) multiplient les tentatives de démantèlement de cette convention. Elle reste la plus puissante, et sa disparition conduirait immanquablement à la dérégulation de tout le Secteur. Une forte mobilisation en 2005, avec occupation de la Commission Paritaire par des syndicats de salariés et des personnels en colère a contraint les syndicats employeurs à ajourner ce projet. Forts de la collusion entre un Etat qui n’aspire qu’à déréguler le code du travail pour servir les intérêts du Patronat, les syndicats employeurs passent de nouveau à l’offensive Les dates prévues pour cette liquidation pure et simple du secteur ont été fixées au 19 Février, 4 mars, et 15 mars entre les syndicats de salariés, les syndicats employeurs et le Ministre de Tutelle .

Quelques conséquences de la refonte de la CC 66

- Individualisation des salaires : L’adéquation entre qualification et salaire ne sera plus acquise. Le salaire sera dorénavant fixé par le Directeur de chaque association.. Les classification s’opéreront au travers de 6 filières, relevant de « critères classants », capitalisant un certains nombre de points…Pour exemple, un éducateur spécialisé se retrouvera dans la même classification qu’un éducateur sportif. Des diplômes de niveau 3, pourront être rémunérés sur la base d’un diplôme de niveau 4 ou 5, ce qui engendrera une déqualification générale.
- Atteintes au droit syndical, atteinte au droit de grève,…
disparition des congés supplémentaires ramenés à 5 jours au lieu de 18 ces mesures ayant été prises pour compenser les faibles salaires, et la fatigabilité liée à la prise en charge de publics difficiles…Perte de l’ancienneté plafonnée à 15% (l’ancienneté représente actuellement en fin de carrière 75% du salaire d’un travailleur social).

Devant cette mort annoncée de la cc66, et par la même d’un pan entier du secteur Médico-Social, les Directeurs Généraux ont sauvé leur peau , ils conserveront le système le plus élevé de rémunération !

Dans les prochaines années au nom de la « mutualisation des besoins » belle dérive sémantique pour évoquer la mise en à sac du secteur associatif, des centaines d’associations sont amenées à disparaître tandis que les dispositifs d’enfermement des mineurs se multiplient, ainsi que le contrôle social et le fichage des populations.

Naissance d’un mouvement anti-autoritaire

Dès janvier le secteur régi par la convention 66 a connu une mobilisation sans précédent dans différentes régions, s’appuyant sur des intersyndicales et des collectifs de défense existant depuis 2005.
 A Rouen une association d’une quarantaine de salariés syndiqués et non syndiqués s’est réunie en assemblée générale le 26 janvier et a décidé de créer un collectif de défense de la c.c 66. Tous les salariés étaient présents hors direction ! Le 29 janvier, 99% du personnel était en grève, et participait à la manifestation. Le même jour, le collectif appelle à une réunion, pour organiser la mobilisation dans la durée, refusant d’attendre que les syndicats annoncent ou non la prochaine grève en sortant de l’Elysée !L’adresse mail preservonslacc66@gmail.com sert de lien.
 Le 5 février plus de 200 salariés toutes catégories confondues participent à une AG qui entérine la constitution du collectif (Collectif Haut Normand de la Défense de la CC 66) ainsi que les futures actions. Dans ce Collectif des dizaines d’établissements sont représentés, des salariés du secteur public, de la protection judiciaire de la jeunesse viennent apporter leur solidarité.
Certains syndicats après moult manœuvres de dénigrement, se trouvent dans l’obligation d’y participer sur des bases anti-autoritaires, d’accepter que la parole des syndiqués de base et des non syndiqués ait la même valeur que celle des représentants des Unions Départementales. Les salariés se réapproprient leur parole en refusant que l’on agisse ou parle à leur place ! Si la syndicalisation est indispensable pour tenter de contrer les pressions patronales, nous devons exiger des Directions syndicales qu’elles représentent l’ensemble des salariés qui sont prêts à se radicaliser au lieu de freiner les initiatives collectives. Les Salariés du Secteur Social et Médico-Social ont tout à gagner dans la lutte, risquant un retour pur et simple au code du Travail !
Ce micro mouvement de salariés, crée par la base démontre qu’une organisation des luttes de type libertaire est possible, que chacun peut développer une parole et une pratique libre et créatrice. Le carcan dans lequel tentent de nous enfermer les dirigeants syndicaux pour nous contenir doit voler en éclat. Il faut inverser la tendance, et exiger qu’ils portent la détermination de la base, qu’ils abandonnent t leurs stratégies de domination et rendent enfin des comptes à ceux qui les mandatent !

Organisons la convergence des luttes
Vive la grève générale !

 Sophie Lecomte (groupe de Rouen)


 Truc 016 


Message original --------
Sujet : A regarder
Date : Tue, 17 Feb 2009 00:09:00 +0000 (GMT)
De : chantal

VIDEO : documentaire sur la Martinique

Excellent documentaire sur la Martinique, pour celles et ceux qui l’aurait raté :

http://www.damnesdelaterre.com/index.php?option=com_content&view=article&id=131:video-doc-martinique&catid=35:info-presse&Itemid=57
http://www.megavideo.com/?v=1Q1M01NV

Visionnez cette vidéo, et adressez-nous vos commentaires à : contact@damnesdelaterre.com

Damnés de la Terre
contact@damnesdelaterre.com
www.damnesdelaterre.com


 Truc 017 

 La carte du Parti de la presse et de l’argent (PPA).
 C’est une carte des différentes prises de participation des groupes
 financiers dans les groupes de presse :
 http://www.leplanb.org/images/pdf/cartePPA-juin2006_xl.pdf


 Truc 018 


Message original --------
Sujet : News from Sharkoland : DELATION Sans-papier par Sécu de l’Yonne..
Date : Tue, 24 Feb 2009 23:04:33 +0100 (CET)
De : agnes.mel

Le 23 février 2009 : COMMUNIQUE

L’ODSE* et Emmaüs-France :
La Caisse d’Assurance maladie de l’Yonne organise l’arrestation d’un « sans-papiers »
« sans zèle ni faiblesse »

À Auxerre, le 3 février, une personne de nationalité angolaise, accompagnée par un responsable d’Emmaüs, se présente sur convocation de la caisse pour retirer son attestation d’Aide médicale de l’Etat (AME).

L’agent de la caisse d’Auxerre téléphone, sous prétexte de vérification d’identité, à la préfecture, laquelle demande à l’agent de saisir le passeport et faire patienter au guichet le bénéficiaire de l’AME. La police vient procéder à son arrestation dans les locaux de la caisse. Il est placé en rétention, mais devant la gravité de son état de santé, il sera libéré par les autorités après plusieurs jours d’enfermement.

Interpellé par le Comede et la Cimade, le directeur de la caisse revendique cette procédure au nom du « professionnalisme » et indique que ses agents auraient agi « sans zèle, ni faiblesse ».
Pourquoi une caisse de Sécurité sociale appelle-t-elle la préfecture pour vérifier l’identité d’un ressortissant angolais sans-papiers qui vient demander une prestation spécifique aux sanspapiers ?
Pour « satisfaire l’usager », ironise le directeur, l’appel à la préfecture ayant permis « à l’agent d’aller jusqu’au terme d’une action efficace et utile pour le demandeur ».

Les caisses d’Assurance maladie sont au coeur du dispositif d’accès aux soins.
Elles sont en charge d’un service public et assurent la gestion de toutes les formes de couvertures maladie.
Elles doivent aussi conseiller les étrangers démunis sans-papiers et leur donner accès à la couverture santé à laquelle ils ont droit : l’Aide médicale Etat (AME), dispositif répondant d’abord et avant tout à des impératifs de santé publique pour l’ensemble de la population.

L’arrestation d’un étranger dans les locaux de la caisse de l’Yonne est un fait extrêmement grave qui s’est produit en violation :

 * des missions de protection de la santé publique des caisses d’Assurance maladie,
 * des règles sur le secret professionnel,
 * des règles sur la justification de l’identité en matière d’AME,
 * de la loyauté la plus élémentaire envers les assurés et usagers.

Cette dénonciation crée un précédent, qui, sans une vive réaction des autorités de tutelle de l’Assurance maladie, ne peut à terme qu’entraver toute action de santé publique vis-à-vis des bénéficiaires de l’AME :

Tout citoyen, soignant, association ou travailleur social, accompagnant une personne dans ses démarches d’accès aux soins ne saurait l’entraîner dans un processus aboutissant à son arrestation !

Nous appelons donc :

 * Le Conseil d’administration de la caisse primaire d’Assurance maladie de l’Yonne à condamner cette pratique inacceptable ;
 * Les directeurs des caisses et organismes publics sociaux à prendre clairement position contre ce détournement de leur mission ;
 * Les Autorités sanitaires, dont la CNAMTS (caisse nationale d’Assurance maladie), à réaffirmer que les « sans papiers » qui demandent l’AME ne seront jamais piégés par les caisses primaires du simple fait qu’ils sont en séjour irrégulier ;
 * Les Autorités nationales à prendre les directives nécessaires pour mettre un terme à toute arrestation de « sans-papiers » dans les lieux de soins et d’accès aux soins.

Signataires : ODSE et Emmaüs-France

* L’Observatoire du droit à la santé des étrangers (ODSE) est un collectif d’associations luttant contre les difficultés rencontrées par les étrangers dans les domaines de l’accès aux soins, du droit au séjour pour raisons médicales et de la protection contre l’éloignement des étrangers malades.
Les organisations membres de l’ODSE : ACT UP-Paris, AFVS, AIDES, ARCAT, CATRED, CIMADE, COMEDE, CRETEIL SOLIDARITE, FASTI, FTCR, GISTI, MEDECINS DU MONDE, MRAP, PASTT, Association PRIMO LEVI, SIDA INFO SERVICE, SOLIDARITE SIDA

http://www.gisti.org/spip.php?article1388

Voir aussi :
http://placeauxdroits.net/petition2/?petition=16


 Truc 019 


Message original --------
Sujet : BESOIN D’UNE GRANDE CAMPAGNE DE SOLIDARITÉ
Date : Wed, 25 Feb 2009 20:56:56 +0100
De : jy

Les camarades de la Fédération agricole de l’UMT (Maroc) sollicite
le plus grand nombre pour être soutenu contre l’arbitraire patronal
de l’entreprise Maraissa.

Ci dessous, le texte d’appel et les adreses mails de la Direction de Maraissa
à qui vous devez envoyer des mails de protestation. Important :
n’oubliez pas d’envoyer en copie à Mohamed Hackech, le secrétaire de la
Fédé agricole de l’UMT.

Plus d’infos sur les conditions de travail à Maraissa sur le site du SI de la CNT :
http://www.cnt-f.org/international/


NOUS AVONS BESOIN D’UNE GRANDE CAMPAGNE DE SOLIDARITÉ !!!

Le patronat agricole au Maroc est entrain d’orchestrer un offensive
acharnée contre les droits syndicaux. L’impact de la crise actuelle
devrait , à son sens, être supportée par les travailleurs agricoles. Le
cas de la société MARISSA (société franco-marocaine privé appartenant au
groupe AZURA) est éloquent.

Par Haine ou par mépris ou par vengeance, des dizaines d’ouvriers parmi
eux des syndicalistes affiliés à l’Union Marocaine du Travail (Fédération
Nationale du Secteur Agricole) ont été licenciés par la société Maraissa
(groupe Azura) qui siège à Chtouka / Région d’Agadir.

Cette société produit et exporte des fruits et légumes vers l’Union
Européenne et la France en particulier.

Nous lançons cet appel à la solidarité à tous les syndicalistes qui
luttent contre toute forme d’exploitation esclavagiste des ouvriers
marocains qui travaillent dans les fermes du groupe Azura dans des
conditions difficiles.

Cette offensive patronale fait suite à la grève réussie des ouvriers de
Maraissa 15 les 19 au 21 janvier 2009.

La société n’a ni supporté ni accepté la solidarité des ouvriers contre
l’exploitation moyenâgeuse de la société.

Mohamed Hackech, secrétariat de l’UMT- Fédération agricole.


SOLIDARITÉ ACTIVE AVEC LES OUVRIERS EN LUTTE DE MARAISSA

Le Secrétariat International de la CNT, en solidarité avec les ouvrier-es
en lutte de Maraissa, appelle à envoyer des mails de protestation à la
direction du groupe Maraissa à ces trois adresses :

secretariat@azura-group.com
secretariat@azura-maroc.com
groupe.maraissa@marocnet.net.ma

Merci d’envoyer en copie à l’UMT :
hakechmo@yahoo.fr


 Truc 020 

7 000 crimes et délits révélés par les internautes en 45 jours
Christophe Cornevin - 25/02/2009
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/02/25/01016-20090225ARTFIG00053-7000-crimes-et-delits-reveles-par-les-internautes-en-45-jours-.php

Quelque 299 005 internautes se sont connectés en un mois et demi sur www.internet-signalement.gouv.fr, et 7 267 affaires suspectes ont été révélées : après la récente mise en œuvre de cette plate-forme de signalement des sites illicites, Michèle Alliot-Marie s’est félicitée de ce premier bilan. Au siège de l’Office central de la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication (OCCLTIC), la ministre de l’Intérieur a considéré mardi après-midi qu’« Internet est devenu le terrain de jeu favori des criminels de toutes natures ».

Outre 4 504 délits - dont près de la moitié d’escroqueries -, pas moins de 910 signalements fournis concernent des atteintes aux mineurs et 225 des propos xénophobes et racistes. Grâce à ce nouveau système, des affaires a priori insolubles peuvent être élucidées en quelques heures. Ainsi, en exploitant l’information d’un Suisse qui a repéré un pédo-pornographe sur un forum de discussion, les policiers et gendarmes de la plate-forme ont remonté une piste numérique jusqu’à localiser l’adresse du pervers qui a diffusé les images délictuelles. Ce dernier a été interpellé le 20 février à Paris, après 24 heures d’enquête. Par ailleurs, des signalements ont permis de déjouer des tentatives de suicide et de fermer plusieurs sites de fabrication de bombes artisanales. Ces derniers peuvent inspirer des terroristes, à l’image de ceux qui ont ensanglanté Le Caire dimanche dernier après avoir déniché une recette sur Internet.


 Truc 021 

Les Français réclament du bio.
http://www.les-vegetaliseurs.com/article-36361-mauvaisefarcepourlebio.html

On va leur en donner, mais ce ne sera pas forcément celui auquel ils pen­sent. Chaque année, la demande grimpe de 10 %. Le pépin, c’est que, derrière, ça ne suit pas : avec 2 % des surfaces cultivées chez nous (contre 15% en Autriche, par exemple), on est obligés d’importer la moitié du bio qu’on ingurgite. Heu­reusement, l’Europe veille au grain. Elle a pondu, en juillet 2007, un nouveau règlement qui vient d’entrer en vigueur ce mois-ci. Désormais, les mêmes règles s’appliquent dans tous les pays. Résultat : en France, où l’on avait le haut du panier, on va pou­voir s’offrir du bio allégé. Prenez les cochons, les vaches et les volailles : il fallait produire à la ferme 50 % de ce qu’on leur met dans la gamelle. Désormais, on pourra se contenter de 10 %. Avant, quand un agricul­teur se convertissait au bio, il devait, au bout de huit ans, ne plus faire que du bio. Dorénavant, il aura le droit de vendre ses légumes bio tout en en produisant à côté du poulet en batterie. Mieux, on pourra éle­ver du cochon bio sur caillebotis.

Vous savez, ces dalles en ciment avec la fosse à lisier en dessous à la place de la paille. A condition que cela ne dépasse pas 50 % de la porcherie. Autre joyeuseté : jusqu’à présent, le cochon bio, c’était 182 jours mini­mum avant de l’amener à l’abattoir, désormais, c’est quand on veut. Pour le poulet, on passe de 80 à 70 jours (c’est toujours mieux que la volaille en batterie à 45 jours). Côté boîte à pharmacie, ça vaut aussi le détour. Avant, pour les poulets de chair et les poules pondeuses, c’était zéro antibiotique et 1 traitement antipa­rasitaire. Maintenant, ce sera 1 antibio et no limit pour les antiparasi­taires. Chez les ovins, on rajoute 1 antibio (ce qui fait 3) et autant d’antiparasitaires qu’on veut. L’éleveur de porcs reste à 1 antibio, mais a également carte blanche pour les antiparasitaires. Quant à la vache laitière, ça lui fait 3 antibios au lieu de 2. Enfin, pour les OGM, persona non grata dans le bio, on pourra désormais en trouver trace jusqu’à 0,9 % ! A croire que Bruxelles veut nous rendre verts de rage !

Source : Le Canard enchaîné édition du 21 janvier


 Truc 022 


Message original --------
Sujet : Appel Urgent : Daewoo colonise Madagascar
Date : Tue, 24 Feb 2009 21:13:12 +0100
De : reseau 19


Original Message -----
 www.peuples-solidaires.org
 

Appel Urgent : Daewoo colonise Madagascar
 
Dans un climat de tension politique extrême à Madagascar, l’ONG Peuples Solidaires soutient les revendications de la société civile malgache dénonçant le projet agricole de Daewoo sur l’Ile. Elle lance une campagne de lettres adressée à l’entreprise sud-coréenne, en partenariat avec le Collectif de Défense des Terres Malgaches. 
 
 En novembre 2008, l’entreprise sud-coréenne Daewoo Logistics annonçait avoir signé dès juillet 2008 avec le gouvernement malgache un protocole d’accord portant sur l’exploitation d’1,3 millions d’hectares de terres, pour la production de maïs et d’huile de palme à destination de la Corée du Sud. Cette annonce a suscité une vive réaction de la population malgache et explique en grande partie les manifestations de colère de ces derniers jours à Madagascar. 

Selon le Collectif pour la défense des terres malgaches, constitué en décembre 2008 en réaction à l’annonce faite par Daewoo, « l’opinion publique malgache, informée par la presse internationale, est particulièrement en alerte car plusieurs grands projets déjà en cours à Madagascar démontrent la réalité de contrats dont les termes conjuguent une exploitation drastique des richesses du pays par les investisseurs étrangers avec des bénéfices insignifiants pour la nation et les populations malgaches ».

Le Collectif a donc décidé de réagir en demandant au gouvernement l’arrêt immédiat des actions entreprises avec Daewoo, ainsi que toute la transparence sur la transaction annoncée puis partiellement démentie. C’est l’objet de l’Appel Urgent « Daewoo fait main basse sur la terre » lancé ce lundi 16 février 2009 par Peuples Solidaires. 

Alors que Madagascar semblait s’être engagé depuis quelques années dans une réforme foncière pour sécuriser progressivement le droit des paysans à exploiter leurs parcelles, l’affaire Daewoo a réveillé soudainement les vieux démons d’un néo-colonialisme agraire menaçant la souveraineté alimentaire de l’Ile et les droits fondamentaux des paysans.

Ce cas est malheureusement emblématique d’un phénomène mondial de rachat massif de terres agricoles dans les pays du Sud par des Etats tiers et des investisseurs privés. Afin d’envisager les moyens de réaction face à ce phénomène, Peuples Solidaires organise avec la Confédération Paysanne un Forum international sur l’accès à la terre les 18 et 19 avril prochains à Montreuil, avec la participation de partenaires d’Amérique latine, d’Afrique, d’Asie et d’Europe de l’Est.

> Plus d’informations dans l’Appel urgent publié par Peuples Solidaires, en partenariat avec le Collectif de Défense des terres malgaches et Les Amis de la Terre :
www.peuples-solidaires.org/article915.html

> Programme du Forum international sur l’Accès à la terre organisé par Peuples Solidaires et la Confédération Paysanne les 18 et 19 avril prochains à Montreuil :
www.peuples-solidaires.org/article905.html

La Fédération Peuples Solidaires rassemble près de 80 groupes locaux et 8 500 individuels qui participent à ses campagnes de lettres pour défendre les droits de l’Homme au travail et la Souveraineté alimentaire en Asie, en Afrique de l’Ouest ou en Amérique latine.

à Ecrire pour Agir… 
 www.peuples-solidaires.org

Contact presse : Benjamin Peyrot des Gachons, Chargé de mission Souveraineté alimentaire
– Tél. : 01 48 58 21 85 / 06 82 31 30 88
 


 Truc 023 

"riposte graduée" ? HADOPI ? "Création et Internet" ?
http://www.laquadrature.net/HADOPI

Le projet de loi "Création et Internet" ou "HADOPI" a été voté au Sénat le 30 octobre 2008 et sera bientôt examiné à l’Assemblée nationale. Elle a pour objet de mettre en oeuvre la « riposte graduée » visant à couper l’accès aux internautes suspectés de partage d’oeuvres sans autorisation.

Une autorité (l’HADOPI), instaurée par le texte, agira sur dénonciation d’acteurs privés travaillant pour les industries du divertissement (syndicats professionnels, enquêteurs privés). L’HADOPI sera chargée, en se basant sur ces preuves sans valeur, d’envoyer des courriers d’accusation menaçant les utilisateurs de sanctions. En cas de récidive, leur déconnexion d’Internet est ordonnée sans possibilité de se reconnecter pour une durée allant jusque 12 mois. Il n’est possible de contester ces accusations qu’une fois la sanction prononcée.
HADOPI - Le Net en France : black-out

Ce dispositif pose de nombreuses questions d’ordre économique, technique et juridique, mais également des questions relatives au respect des droits et libertés fondamentales des citoyens.

en savoir plus :
http://www.laquadrature.net/files/LaQuadratureduNet-20090207_Riposte-Graduee_inefficace-inapplicable-dangereuse_2pages.pdf


 Truc 024 


Message original --------
Sujet : OGM : des scientifiques US, spécialistes du maïs, l’affirment "L’industrie fait obstacle à la recherche !"
Date : Tue, 24 Feb 2009 15:47:56 +0100
De : christian <christian.chaufaux@chaufaux.fr>

OGM : des scientifiques US, spécialistes du maïs, l’’affirment
"L’industrie fait obstacle à la recherche "
Par Christian Berdot

Dans une réclamation inhabituelle, un groupe de scientifiques universitaires [1] affirment que les compagnies de biotechnologies les empêchent de pouvoir mener des recherches complètes sur l’efficacité et les impacts des plantes modifiées génétiquement, commercialisées par l’industrie. (Article d’Andrew Pollack, paru le 19 Février 2009, dans le New York Times - Traduction : Christian Berdot, Amis de la Terre)
 
Dans une déclaration présentée au Ministère de la Protection de l’Environnement (EPA), les scientifiques écrivent que « aucune recherche vraiment indépendante ne peut être légalement menée sur de nombreuses questions critiques ». L’EPA recherche des commentaires scientifiques provenant de la recherche publique pour des conférences sur les plantes biotechnologiques, qui doivent se tenir la semaine prochaine.

Cette déclaration viendra certainement soutenir les groupes critiques vis-à-vis des plantes génétiquement modifiées, comme les groupes écologistes, qui se plaignent depuis longtemps déjà, que les plantes n’ont pas été étudiées de façon complète et suffisante et pourraient avoir des effets inattendus sur la santé et l’environnement.

Les chercheurs, 26 scientifiques spécialisés dans l’étude des insectes du maïs, ont retiré leur nom car ils craignaient que les compagnies ne les excluent de leurs recherches. Cependant, plusieurs d’entre acceptèrent, lors d’interviews, que leur nom soit cité.

Pour les scientifiques, il est problématique que les agriculteurs et les autres acheteurs de semences génétiquement modifiées aient à signer un accord visant à garantir que, lors de la culture, les droits des compagnies sur les brevets ainsi que les règlements environnementaux sont bien respectés. Cet accord interdit aussi l’utilisation des plantes à des fins de recherches.

Ainsi, alors que des chercheurs universitaires peuvent acheter librement des pesticides ou des semences conventionnelles pour leurs recherches, ils ne peuvent le faire avec des semences modifiées génétiquement. Il leur faut obtenir la permission des compagnies semencières. Et parfois, la permission leur est refusée ou bien les compagnies insistent pour examiner toutes les conclusions avant qu’elles ne puissent être publiées.

Pour les scientifiques, ces accords sont depuis longtemps un problème, mais ils le font savoir publiquement car la frustration s’est accumulée.

Pour Ken Ostlie, entomologiste à l’Université du Minnesota et lui-même signataire de la déclaration, « Si une compagnie peut contrôler les recherches qui paraissent dans le domaine public, elle peut réduire les aspects négatifs potentiels qui peuvent survenir dans toute étude ».

Il est frappant de constater que les scientifiques qui ont exprimé cette protestation - et qui proviennent en grande partie d’universités financées par les états avec de grands programmes agricoles - affirment ne pas être opposés à la technologie. Au contraire, pour eux, en étranglant la recherche, l’industrie les empêche de fournir aux agriculteurs des informations sur les meilleurs moyens de faire pousser les plantes. De plus, ajoutent-ils, les données fournies aux organismes de contrôle gouvernementaux sont « excessivement restreintes ».

Pour Elson J. Shields, professeur d’entomologie à l’Université de Cornell, les firmes « peuvent potentiellement pratiquer le blanchissage des données et des informations soumises au Ministère de la Protection de l’Environnement (EPA) ».

William S. Niebur, le vice-président en charge de la recherche sur les cultures pour DuPont - qui possède la grande compagnie semencière Pioneer Hi-Bred - défend la politique de sa firme. Pour lui, étant donné que les plantes génétiquement modifiées sont soumises à la réglementation du gouvernement, les compagnies doivent contrôler avec soin la façon dont elles sont cultivées. « Nous devons protéger nos relations avec les agences gouvernementales en ayant des mesures de contrôle très strictes de cette technologie ». Mais il rajoutait qu’il serait heureux de pouvoir parler de leurs problèmes avec les scientifiques.

Monsanto et Syngenta, deux autres firmes de semences GM, déclarèrent jeudi, qu’elles soutenaient la recherche universitaire. Mais elles affirmèrent comme Pioneer, que leurs contrats avec les acheteurs de semences avaient pour but de protéger leur droit de propriété intellectuelle et de respecter les obligations réglementaires. Pourtant, Dale Emery, porte parole du ministère de la Protection de l’Environnement, déclarait jeudi que le gouvernement n’exigeait que la gestion de la résistance aux insectes de la plante et que toute autre restriction contractuelle était mise en place par les compagnies. L’accord de Syngenta avec le cultivateur interdit non seulement la recherche en général, mais spécifie qu’un acheteur de semences ne peut comparer le produit de Syngenta avec aucune autre semence rivale.

Le Dr Ostlie de l’Université du Minnesota avait en 2007, la permission de trois compagnies pour comparer dans quelles mesures leurs variétés de maïs insecticides se comportaient bien contre le vers de la racine du maïs, dans cet état. Pourtant, en 2008 Syngenta retira sa permission et l’étude dut être arrêtée. Pour le Dr Ostlie « La compagnie a juste décidé qu’il n’était pas dans son intérêt de la laisser se poursuivre ».

Mark A. Boetel, professeur associé d’entomologie à l’université d’état du Dakota raconte qu’avant que les semences de betteraves sucrières GM soient vendues pour la première fois aux agriculteurs l’an dernier, il souhaitait tester comment la plante réagirait à un traitement insecticide. L’université n’a pas pu obtenir un accord sur la publication et les droits de propriété intellectuelle, avec les deux compagnies responsables, Monsanto et Syngenta.

De son côté, Chris DiFonzo, une entomologiste de l’Université d’état du Michigan évitait, lorsqu’elle menait des études sur les insectes, les champs avec des plantes transgéniques car sa présence mettrait l’agriculteur en situation de violation de l’accord du cultivateur.

Un panel scientifique consultatif de l’EPA prévoit de tenir deux réunions la semaine prochaine. Une réunion se penchera sur la demande de Pioneer Hi-Bred concernant une nouvelle méthode qui réduirait la part du champ d’un agriculteur devant être réservée comme refuge destiné à prévenir l’apparition de résistance chez les insectes à son maïs insecticide. La deuxième réunion abordera d’une façon plus générale les cultures GM insecticides.

Christian Krupke, professeur assistant à l’Université de Purdue, a déclaré qu’étant donné que des scientifiques externes n’ont pu étudier la stratégie de Pioneer, « il ne pense pas que les inconvénients potentiels ont été évalués de façon critique par autant de personnes que cela aurait été nécessaire ». Le Dr Krupke est le président du comité qui rédigea la déclaration, mais il n’a pas voulu dire s’il l’avait signée.

Le Dr Niebur de Pioneer, répondit en affirmant que sa compagnie avait collaboré lors de la préparation de ses données avec les Universités de l’Illinois de l’Iowa et du Nebraska, les états les plus touchés par ce ravageur particulier.

Pour le Dr Shields de l’université de Cornell, le financement de la recherche agricole est passé graduellement du secteur public, au secteur privé. De nombreux scientifiques universitaires sont devenus dépendants, du financement ou de la coopération technique, de la part des grandes compagnies semencières. Il explique : « Les gens ont peur d’être mis sur des listes noires. Si votre seule tâche est de travailler sur des insectes du maïs, que vous avez besoin des dernières variétés de maïs et que les compagnies décident de ne pas vous les donner, vous ne pouvez pas travailler ».

Article original voir ICI

[1] Numéro de référence du commentaire : 8084de39

La déclaration suivante a été déposée par 26 scientifiques de premier plan, spécialistes des insectes du maïs et qui travaillent dans des instituts de recherches publics, situés dans 16 états producteurs de maïs. Tous ces scientifiques ont participé activement dans les Projets Régionaux de Recherches NCCC-46 « Développement, Optimisation et mise au point de stratégies de gestion du vers de la racine du maïs et d’autres insectes souterrains, ravageurs du maïs » et/ou d’autres projets liés aux ravageurs du maïs. La déclaration peut s’appliquer à toutes les décisions du Ministère de la Protection de l’Environnement sur les PIP, (Protection Incorporées dans les Plantes) et pas seulement à ce panel scientifique consultatif.

Déclaration :

« Les accords de technologie / gestion exigés pour l’achat de semences modifiées génétiquement interdisent explicitement la recherche. Ces accords empêchent les scientifiques publics de poursuivre le rôle qui leur est imparti au nom du bien public, à moins que l’industrie n’approuve la recherche. Il résulte de cet accès limité qu’aucune recherche vraiment indépendante ne peut être légalement menée sur de nombreuses questions critiques concernant la technologie, ses performances, ses implications pour la gestion (des cultures), la gestion des résistances aux insectes et ses interactions avec la biologie des insectes. Il en résulte que les données en provenance du secteur public parvenant à un panel scientifique consultatif de l’EPA, sont excessivement restreintes. »

Pour voir l’original en anglais : Public Submission : EPA-HQ-OPP-2008-0836-0043

 23 février 2009

http://www.amisdelaterre.org/OGM-des-scientifiques-US.html


 Truc 025 

Surplus : La Consommation par la Terreur
Pourquoi abondance ne rime-t-elle plus avec jouissance ? S’appuyant sur les propos de l’écrivain anarcho-primitiviste John Zerzan, le film met en évidence les dérives et les dangers du développement effréné de nos sociétés de consommation et s’amuse habilement des propos irresponsables de nos dirigeants politiques et industriels. Ironique et sans concessions, cet essai en forme de collage virtuose dénonce les dérives du libéralisme, la coercition médiatique et publicitaire, la course insensée au profit et le gâchis produit par la société de consommation. Ses paroles croisent ici celles de Berlusconi, Bush, Chirac, Poutine, Bill Gates et Fidel Castro, sur des images des manifestations de Gênes ou des dérives consuméristes (détritus, management, publicité...). Collage, manipulation des sons et des synchronisations, répétitions suggestives, montage incisif, musique dub et électro, slogans martelés, le film utilise les mêmes techniques que la publicité et les shows télévisés...

La Cause du Peuple - Vidéo 51mn12
http://www.lacausedupeuple.com/documentaires/2009/02/27/surplus-consommation-terreur


 Truc 026 

Le message de Robert Fisk
27 février 2009 - Lorraine Guay
http://lautjournal.info/default.aspx?page=3&NewsId=1426

De passage à Montréal les 19 et 20 février derniers, Robert Fisk, correspondant du journal The Independent de Londres, vivant au Liban depuis plus de 30 ans, ayant couvert toutes les guerres de la région, ne fait ni dans la dentelle, ni dans la complaisance, ni dans le vitalisme ! Ses jugements sur la situation actuelle au Moyen-Orient sont tranchants, implacables sur un ensemble d’enjeux très sensibles.

Obama fera-t-il la différence ?

Non ! Rappelez-vous, dit-il à l’auditoire, « qu’Obama a passé 20 minutes avec les Palestiniens et 24 heures avec les Israéliens lors de sa campagne électorale… ça dit tout ! » Citant les quelques lignes d’une longue entrevue accordée par Obama au Times et où celui-ci affirme « vouloir bâtir sur les progrès réalisés dans la région », Fisk réplique, en colère : « Mais de quels progrès parle-t-il ? Le Moyen-Orient est un désastre et la Palestine, un drame sanglant » ! Ne vous attendez pas à grand’chose du côté d’Obama, prévient-il. Les relations USA-Israël sont « bétonnées » depuis toujours et rien n’indique qu’il y aura changement d’autant plus que la chef de la diplomatie est Hillary Clinton, une fervente alliée d’Israël dont les ambitions de devenir la première femme présidente des Etats-Unis demeurent vives. »

Les relations fusionnelles entre Israël et les Etats-Unis - ce que Chomsky avait nommé le « triangle fatal » - seraient donc là pour contredire le « yes, we can…change » du nouveau président américain.

Verra-ton naître un État palestinien ?

Non ! Robert Fisk ne croit pas non plus que l’État palestinien verra le jour… un jour. Tout a été mis en place par Israël sur le terrain pour faire que la viabilité même d’un État palestinien soit rendue impossible. L’occupation permanente, et le développement des colonies - particulièrement agressif d’ailleurs durant les pourparlers de « paix » d’Oslo - sont la négation même de la résolution 181 de l’ONU le 29 novembre 1947 sur la partition de la Palestine créant deux États. « Devrait-il naître qu’il ne serait ni viable ni juste. Oubliez aussi la résolution 194 sur le droit de retour des réfugiés, nous dit-il, jamais Israël ne permettra ce retour car ce serait la fin de l’État juif. »

Et les élections israéliennes ?

L’improbabilité de la solution des deux États est d’autant plus certaine que la droite qui arrive au pouvoir n’en veut pas et ne s’en cache pas. Il est ironique, selon Fisk, de voir le travailliste et prix Nobel de la paix, Peres, inviter Nétanyahou à former un gouvernement : ce faucon était déçu que « la job n’ait pas été terminée à Gaza » !

L’alliance avec des partis d’extrême-droite ultranationalistes comme celui de Lieberman risque de replonger les palestiniens dans de nouveaux massacres. Ce petit Monsieur en effet refuse de reconnaître le droit du peuple palestinien à posséder son État et propose de faire passer un « serment de loyauté » aux Arabes israéliens sous peine de déportation, une sorte de nouveau nettoyage ethnique comme la nakba vécue en 1948 où près d’un million de Palestiniens ont été chassés de leurs terres. « Obama va-t-il féliciter M. Netanyahou », se demande Fisk ?

Et les forces islamistes ?

 Fisk n’est pas tendre non plus envers le Hamas ni le Hezbollah dont il dénonce l’irresponsabilité dans les événements de Gaza et du Liban.

Il note qu’au Liban, de nombreux jeunes quittent le pays « parce qu’ils ne veulent plus vivre dans le dogmatisme, le sectarisme et le confessionnalisme. Mais le Liban est construit sur le confessionnalisme : comment faire alors pour ces jeunes générations ? »

La critique du journalisme dominant.

Robert Fisk ne craint pas de fustiger sa propre profession, accusant une majorité de journalistes de se faire les relais des politiques militaristes de leurs gouvernements.

« Le journalisme doit mettre au défi l’autorité, toute autorité, particulièrement quand des gouvernements et des politiciens nous conduisent à la guerre affirme-t-il. En Amérique, vous ne voyez pas le vrai visage de la guerre. La guerre est une horreur. »

 Mais les chefs d’information censurent, élaguent, adoucissent les reportages, ne craignent pas de carrément changer les titres des articles de leurs reporters, de couper des phrases, pour rendre le tout « acceptable » aux lecteurs.

Les TV refusent de montrer des scènes trop crues de carnage… par respect pour les morts !!! « Pauvres Palestiniens qui n’ont droit à notre respect que… morts… ! » Pour Fisk la guerre contre les Palestiniens est « la dernière grande guerre coloniale » comme il l’explique de manière remarquable dans son dernier livre.

« Ce n’est pas une partie de football où on couvre le match 50-50 i.e. en donnant autant de temps aux deux côtés. Il n’y a pas de symétrie dans la guerre israélo-palestinienne et oui les chiffres comptent ! » Plus de 1500 morts du côté palestinien et une dizaine du côté israélien, ce n’est pas égal comme situation !

« Les journalistes doivent être « neutres et non biaisés… du côté de ceux qui souffrent », a-t-il martelé tout au long de son séjour à Montréal et particulièrement lors de ses rencontres avec des étudiants en journalisme à qui d’ailleurs il a gentiment conseillé de passer moins de temps sur Internet et davantage à lire des livres, à étudier l’histoire pour comprendre le présent.

M Fisk déplore aussi que les Canadiens comme les États-Uniens ne puissent avoir accès à Al Jazeera, la chaîne d’information arabe, laquelle selon lui assure la meilleure couverture de ce qui se passe au Moyen-Orient.

Dehors les nouveaux croisés !

Mais le message le plus fort demeure le suivant : tous les soldats occidentaux devraient être retirés du Moyen-Orient. « J’ai calculé qu’il y a présentement plus de soldats occidentaux dans cette région du monde qu’il n’y en avait à l’époque des Croisés », constate-t-il.

Et de faire la liste interminable de tous les pays de la région où il y a présence militaire occidentale. Ces pays ne nous appartiennent pas. Il leur appartient de prendre en main leur avenir. Qu’y faisons-nous ?

Jamais les journalistes ne posent la question du « pourquoi » sommes-nous au Moyen-Orient. « Nous y serions semble-t-il pour apporter la ‘‘démocratie’’ et les ‘‘droits humains’’…, mais le monde arabe demande la justice et ça, nous ne sommes pas prêts à la respecter ».

Enfin selon Robert Fisk, le gouvernement canadien a cessé de jouer un rôle de maintien de la paix, un rôle respecté au Moyen-Orient jusqu’à l’arrivée de M. Harper au pouvoir avec sa politique d’appui inconditionnel à Israël et sa participation à la guerre en Afghanistan. Et malheureusement M. Ignatieff agit de la même façon…

Le passage de Robert Fisk à Montréal a été un véritable appel à la lucidité. Il nous appartient de transformer la lucidité en solidarité avec le peuple palestinien.


 Truc 027 

Réseau "Sortir du nucléaire" - Fédération de 840 associations

Communiqué de presse

Le Réseau "Sortir du nucléaire" publie un journal "Peut-on recycler les déchets nucléaires ?" pour mieux comprendre le mythe du "cycle nucléaire" et les risques du plutonium

Le Réseau "Sortir du nucléaire" vient de publier un journal d’information grand public "Peut-on recycler les déchets nucléaires ? (Coûts, risques et enjeux de l’industrie du plutonium)".

Thème vedette de la communication d’EDF ou d’AREVA, fierté technique de la France, le "traitement-recyclage" est présenté au grand public comme une solution au problème des déchets nucléaires. Qu’en est-il e réalité ? C’est la question qui a été étudiée pendant plus de six mois par un groupe de travail piloté par le Réseau "Sortir du Nucléaire".
 
Rassemblant des informations vérifiées et vérifiables, recoupant les documents officiels et les études d’experts indépendants, ce travail d’enquête minutieux a abouti à la publication d’un journal de 12 pages. Les sources complètes sont mises à disposition sur le site :
http://echanges.sortirdunucleaire.org/course/view.php?id=13

Le lecteur pourra comprendre en quoi consiste réellement ce que l’on appelle "retraitement", et quel alibi il fournit à l’industrie nucléaire française. Il connaîtra les risque du plutonium et de l’usine de retraitement de La Hague. Il découvrira la surprenante stratégie mondiale de l’industrie du plutonium et son lien avec le développement de l’arme atomique sur la planète.
 
A destination du grand public, des associations, des bibliothèques, des institutions, le journal "Peut-on recycler les déchets nucléaires ?" est un document indispensable pour comprendre les enjeux réels de ce problème. En tant que contre-pouvoir citoyen, le Réseau "Sortir du nucléaire" offre une analyse qui se révèle indispensable face à la publicité des grands groupes industriels du secteur nucléaire.
 
Ce journal de 12 pages est vendu au prix de 2 € l’unité. Il est téléchargeable gratuitement ici :
http://boutique.sortirdunucleaire.org/product_info.php?products_id=151

Un exemplaire peut être envoyé gratuitement aux journalistes sur simple demande auprès du Réseau "Sortir du nucléaire".
 
Réseau "Sortir du nucléaire", Fédération de 840 associations.
9 rue Dumenge, 69317 Lyon Cedex 04
Tel : 04 78 28 29 22 Fax : 04 72 07 70 04
Mail : contact@sortirdunucleaire.fr
Site : http://www.sortirdunucleaire.fr


 Truc 028 

La justice espagnole décide de poursuivre son enquête contre Israël
( Samedi, 28 février 2009 )
http://www.aloufok.net/spip.php?article234
 
La justice espagnole a décidé de poursuivre son enquête contre un ex-ministre et des responsables militaires israéliens pour un bombardement meurtrier à Gaza en 2002, après avoir étudié de nouveaux documents, a-t-on appris vendredi 27 février 2009 de source judiciaire.
Le juge Fernando Andreu de l’Audience nationale, la principale instance pénale espagnole, a décidé de poursuivre son enquête après avoir obtenu des documents traduits par l’ambassade d’Israël en Espagne.
Ces documents ne font état de l’existence en Israël d’aucune procédure sur ce sujet, a indiqué cette source à l’AFP.
Selon le principe de "justice universelle", la justice espagnole peut enquêter sur des génocides et crimes contre l’humanité même s’ils ont été commis à l’étranger, mais seulement si ceux-ci ne font l’objet ou n’ont fait l’objet d’aucune procédure dans leur pays, a précisé cette source.
Le juge Andreu a prévu d’envoyer dans les prochains jours deux commissions rogatoires, la première pour notifier le lancement de poursuites contre l’ex-ministre israélien de la Défense Benjamin Ben-Eliezer et de six hauts responsables militaires, et la deuxième pour demander à se rendre à Gaza pour interroger des témoins et des proches des victimes.
Le juge avait jugé fin janvier recevable une plainte du Centre palestinien pour les droits de l’Homme, au sujet du bombardement qui en juillet 2002 avait tué un dirigeant du Hamas, Salah Chehadeh et 14 civils palestiniens, "en majorité des enfants et des bébés".
Quelque 150 Palestiniens avaient également été blessés pendant cette attaque, par l’explosion d’une bombe d’une tonne larguée par un F-16 israélien.
Cette enquête a provoqué la colère d’Israël. Le ministre de la Défense Ehud Barak l’a qualifié de "délirante" et a affirmé qu’il "ferait tout" pour la faire annuler.
Elle a plongé dans un certain embarras le gouvernement socialiste espagnol.


 Truc 029 

05-02-2009
 
Bouygues se voit confirmer l’obligation de démontage d’une antenne-relais
http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=3587

Suite à la plainte de riverains, le tribunal de grande instance de Nanterre (Hauts-de-Seine), en septembre dernier, avait condamné Bouygues Telecom à démonter une antenne-relais. Néanmoins, au regard des enjeux associés à cette décision, l’opérateur téléphonique avait fait appel. Hier, en fin de journée, la cour d’appel de Versailles a confirmé et amplifié cette condamnation. En conséquence, Bouygues Telecom va devoir démonter l’antenne-relais située sur un pylône à Tassin-La-demi-Lune, dans le département du Rhône, sous astreinte de 500 € par jour de retard (100 $ initialement). Par ailleurs, la société devra également verser à chacun des 3 couples à l’origine de la plainte une somme de 7 000 € (3000 € à l’origine).

Rappelons que, face à la plainte de "trouble anormal de voisinage", le tribunal n’a pas pris position sur les éventuelles nuisances des antennes en relevant toutefois que, face à un "risque potentiel sur la santé des riverains", il y avait lieu d’appliquer le "principe de précaution" et donc de procéder au démontage des installations.

Par cette confirmation du jugement initialement rendu, la pression se fait plus forte sur les épaules des 3 opérateurs de téléphonie mobile (bientôt rejoint par une quatrième structure), avec le risque, pour eux, de voir cette décision faire jurisprudence... A ce titre, il est peu probable que Bouygues Telecom ne se pourvoit pas en Cassation, ultime recours pour tenter de retourner la situation en sa faveur.

Pour les associations Priartém et "Agir pour l’environnement", en pointe sur ce dossier, cet appel arrive à point nommé alors que les lois Grenelle 1 et 2 sont en débat au Sénat et à l’Assemblée nationale. En effet, comme le relèvent ces deux associations, "ces projets font largement l’impasse sur la problématique des antennes-relais et plus globalement sur la question des expositions chroniques aux champs électromagnétiques à faibles doses ... Il serait incompréhensible qu’à l’heure où la justice complète un droit particulièrement laxiste à l’égard des opérateurs de téléphonie mobile, les parlementaires n’entendent ni les craintes des riverains, ni les experts inquiets des conséquences sanitaires d’une exposition chronique aux ondes de la téléphonie mobile, ni les décisions de justice qui appliquent enfin le principe de précaution."
 
Elles rappellent qu’en l’état des connaissances, il est urgent de retenir, comme valeur limite d’exposition chronique, 0,6 V/m, valeur qui permet à la fois de développer la téléphonie mobile et de réduire les risques pour les populations exposées.
Pascal Farcy


 Truc 030 


Message original --------
Sujet : De l’encens classé comme stupéfiant (cannabinoïdes de synthèse)
Date : Fri, 27 Feb 2009 07:00:56 -0800
De : o poulain

De l’encens classé comme stupéfiant

AFP
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/
2009/02/27/01011-20090227FILWWW00486-de-l-encens-classe-comme-
stupefiant.php
27/02/2009 | Mise à jour : 15:52 |
Des substances cannabinoïdes contenues dans des mélanges de plantes
vendus comme encens sur internet, notamment sous les noms de "Spice",
"Gorilla" et "Sence", ont été classés comme stupéfiants par un arrêté
du ministère de la Santé publié vendredi au Journal officiel.

Cette décision fait suite à des signalements reçus l’année dernière
par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé
(Afssaps) sur des mélanges utilisés comme substitut de cannabis,
c’est-à-dire fumés comme cette drogue.
Les mélanges contenant des substances cannabinoïdes classées comme
stupéfiants sont désormais interdits à la vente et à l’importation en
France, a indiqué Anne Castot (Afssaps).

La décision de classement a été prise "en raison des propriétés
pharmacologiques, des effets psychoactifs et du potentiel d’abus et
de dépendance de ces substances", ont indiqué la Direction générale
de la santé et l’Afssaps dans un communiqué.
"Aucun cas d’exposition ou d’intoxication n’a fait l’objet d’un
signalement en France actuellement", selon les autorités sanitaires,
néanmoins inquiètes de "l’intérêt croissant du public pour ces
produits, comme en témoignent les forums de discussion sur internet".

L’analyse des échantillons collectés ou saisis en France n’a pas
détecté de "delta-9-THC", principe actif du cannabis. En revanche,
les analyses "ont mis en évidence la présence de plusieurs
cannabinoïdes de synthèse" qui possèdent le même mécanisme d’action
que le "delta-9-THC", "avec une intensité d’action aussi importante
voire supérieure".

"On n’a pas beaucoup de données avec ces cannabinoïdes, mais on sait
qu’ils ont une action similaire au THC", a expliqué Mme Castot.
Les cannabinoïdes identifiés dans le "Spice" ont été inscrits sur la
liste des stupéfiants après avis de la Commission nationale des
stupéfiants et des psychotropes. Ce sont : JWH-018, CP 47,497 et ses
homologues (C6, C8 et C9) et HU-210.

Le président de la Mission interministérielle de lutte contre la
drogue et la toxicomanie (Mildt) Etienne Apaire s’est félicité de
cette mesure. Elle "démontre l’implication et la vigilance des
pouvoirs publics face à l’apparition de nouvelles substances
psychoactives sur le marché des drogues", a souligné la Mildt dans un
communiqué.

Plusieurs pays, notamment l’Allemagne et les Etats-Unis, ont pris
récemment des mesures de contrôle concernant une ou plusieurs de ces
substances.
"La France s’efforcera de sensibiliser les pays membres de l’Union
européenne afin qu’ils prennent des mesures similaires", a indiqué la
Mildt.


Attachment : http://mapinc.org/temp/63dbuJM5biwfo.html


 Truc 031 

un livre :

POUR EN FINIR AVEC LA CHASSE
LA MORT-LOISIR, UN MAL FRANçAIS
gérard charollois
Sortie : 17 Février 2009
Prix : 15 euros
Collection Radicaux Libres

Ce réquisitoire Contre les sCandales de la Chasse à la française est
aussi un plaidoyer pour la réConCiliation de l’homme et de la nature.
LE LIVRE
Après avoir précisé que la chasse dont traite ce livre est la chasse-loisir pratiquée en France et non la
chasse de subsistance des peuples traditionnels, l’auteur, faits et chiffres à l’appui, revient sur certaines
idées fausses diffusées par la propagande cynégétique : la chasse n’est pas « une conquête de 89 », les
chasseurs ne « gèrent » pas la faune sauvage, les « lâchers » ne règlent rien, bien au contraire, etc. La
législation actuelle de la chasse repose sur la dérogation et sur la tolérance, non sur le droit républicain. La
chasse est le seul loisir enraciné si profondément dans nos institutions et dans notre histoire qu’attaquer la
chasse c’est attaquer l’État. Ceux qui sont gênés par l’activité des chasseurs autour de chez eux trouveront
aussi des conseils pratiques pour les éloigner. G. Charollois explique en détail les combats qui ont opposé
les écologistes et les chasseurs…
À la question posée par les chasseurs : « Quel mal faisons-nous ? », il répond qu’ils se livrent d’abord à une
agression écologique, à une perversion du système démocratique, qu’ils posent un problème de sécurité,
mais surtout qu’ils violent une règle éthique en tuant pour le plaisir des animaux inoffensifs. C’est pourquoi
une abolition pure et simple de toute forme de chasse peut être envisagée, même de façon progressive. La
chasse est interdite dans plusieurs pays qui entendent protéger leur faune. Elle aurait d’importantes consé-
quences qui seraient aussi des causes de suppression de la chasse : restauration des équilibres naturels,
suppression du Sénat, autorité supranationale pour la protection de la nature… On trouvera en annexes
d’importants documents : une anthologie des écrivains et penseurs contre la chasse, le décret de 1941
portant création des fédérations, le rapport de la cour des comptes, le classement des espèces animales,
les principales infractions. Ce livre engagé par ses prises de position est aussi un ouvrage de référence, qui
fait le point sur une question trop souvent jugée accessoire. Les nombreux faits et renseignements qu’il
contient le rendent indispensable à tous ceux que cette question intéresse ou passionne.
L’AUTEUR
Gérard Charollois est juriste de profession. Engagé depuis sa jeunesse dans les associations de protection
de la nature et de la faune sauvage, il a mené de nombreuses luttes victorieuses devant les tribunaux ad-
ministratifs, le Conseil d’État ou la Cour de Justice européenne contre les dates de chasse, le classement
des animaux nuisibles, les chasses dites traditionnelles ou la loi Verdeille. Pour cette raison, il est devenu
la bête noire des chasseurs qui l’ont pendu en effigie, insulté et traîné devant les tribunaux, sans le faire
taire. Disciple de Théodore Monod, ayant accepté des responsabilités dans plusieurs associations écologis-
tes, fondateur de la Convention Vie et Nature pour une écologie radicale afin de défendre une conception
éthique de l’écologie, son réquisitoire contre la chasse est aussi un plaidoyer pour la réconciliation de
l’homme et de la nature.

Éditions IMHO, 10 rue oberkampf, 75011 Paris, tél/fax : 01.56.98.13.43 presse : presse@imho.fr www.imho.fr


 Truc 032 

Pourquoi boycotter myspace
http://dynamite.lautre.net/antimyspace/AntiMySpace.pdf

En guise de présentation, à qui appartient MySpace ?
Al’homme d’affaires australo-américain Rupert Murdoch. Pour résumer, il s’agit d’un milliardaire, ami
personnel de la famille Bush, propagandiste politique par le biais de son empire médiatique (dont la
très fameuse chaîne de TV Fox News, première chaîne d’information américaine) et soutien actif des
interventions militaires des USAà travers le monde. Durant la préparation de l’invasion irakienne, les
175 journaux et publications que possède Murdoch à travers le monde ont toutes largement défendues
l’entrée en guerre américaine (1).
Pourquoi boycotter MySpace ?
La logique est simple. La chose la plus complexe aujourd’hui pour les sites internet qui tirent leurs
revenus de la publicité est de créer du contenu. Le contenu du réseau MySpace est créé à 100% par
ses utilisateurs. MySpace a été racheté 580 millions de dollars et en vaudrait aujourd’hui 10 fois plus.
Tout ça grâce à chacun de ses utilisateurs... Et cet argent ne sert qu’à renforcer le pouvoir et le
contrôle social sur les populations.
Mais au-delà de ça, ça fait encore plus mal de voir des groupes punk ou skins, qui se revendiquent
anti-capitalistes et prétendent défendre des alternatives, se vendre sans sourciller chez MySpace, en-
dessous d’un beau bandeau de pub pour Air France, Meetic ou SFR.
Et pire encore, de moins en moins de gens semblent se poser la question, l’effet de mode a marché
en un temps-record, parfois même dès les premiers répétitions ;"il nous faut un MySpace !".
Un gadget stupide gavé de pubs, devenu vital, avec d’acharnés défenseurs qui voient rouge dès qu’on
leur parle de ce que ça représente.
Certains prônent le DIYmais ne sont pas foutus de passer plus d’une demi-heure pour faire un site
qui va diffuser leur zique et servir de vitrine au monde entier. Les mecs passent des heures et des
heures a torcher des morceaux, soigner des mélodies, mettre sur papier et en musique ce qu’ils ont
dans les tripes... et balancent ça au monde entier sur des sites tous ripoux remplis de pubs,
appartenant à la lie de l’humanité.. parce que c’est simple, facile et que presque tout le monde en a
un. Et tant pis si on alimente les caisses d’une pourriture faf ultra puissante pour faire connaitre ses
chansons anti-militaristes super-engagées, le manque de temps ou de compétences techniques à bon
dos !
Le jour où on distribuera à l’entrée des concerts le catalogue Dell ou des dépliants promo pour le
Crédit Lyonnais et MMA(qui auront bien sûr subventionné le concert), on en trouvera toujours pour
venir expliquer que c’est subversif et que ça nuit au système... excusez-nous par avance de pas être
convaincu. Petite note à l’usage des égarés sur MySpace...

La totale :
http://dynamite.lautre.net/antimyspace/AntiMySpace.pdf


 Truc 033 

du 16 décembre 2008 - 12:37
La procédure ’Véhicule Endommagé’ reportée au 15 avril 2009
http://news.autoplus.fr/news/1186265/procedure--vehicule-endommage-expert-systeme-dimmatriculation-des-vehicules--report
http://www.40millionsdautomobilistes.com/Data/Dossiers/moment/270.asp

Le ministère de l’Intérieur reporte au 15 avril 2009, la mise en application de la procédure "véhicule endommagé", initialement prévue au 1er janvier.

La mise en application de la procédure dite de "véhicule endommagé" entrera finalement en vigueur au 15 avril 2009, soit simultanément avec le nouveau système d’immatriculation des véhicules (SIV), a annoncé le ministère de l’Intérieur. A cette date, un expert missionné pour évaluer les dégâts sur une voiture, devra en sus contrôler 31 critères de dangerosité. Si les réparations ne sont pas effectuées, il pourra alors bloquer votre carte grise, immobiliser votre voiture et vous obliger à réparer puis procéder à une nouvelle expertise.
Croiser un expert va vous coûter cher !

Comme l’a indiqué Auto Plus dès le 24 novembre 2008, cette procédure va être très coûteuse : 300€ minimum. Le moindre pneu usé, amortisseur fatigué ou boulon desserré pourra motiver l’immobilisation de votre véhicule…Pour gagner du temps et de l’argent, autoplus.fr vous donne les 31 critères de dangerosité, un référentiel validé par le ministère des Transports
Liens

Article - Voitures en mauvais état : la chasse est ouverte ! (24/11/2008)
Article - Report des nouvelles immatriculations (12/12/08)
Voir les Critères de dangerosité


 Truc 034 


Message original --------
Sujet : scandale de l’uranium en france
Date : Tue, 17 Feb 2009 11:18:17 +0100
De : gilles

Pour ceux qui n’ont pas vu le docu !
Edifiant Areva toute puissante au mépris de la santé publique

http://www.dailymotion.com/video/x8cnzw_uranium-le-scandale-de-la-france-co_news
et aussi :
http://www.dailymotion.com/video/x6m7xq_nucleaire-jusquici-tout-va-bien_news


 Truc 035 

HERBE
Un road movie paysan

Au cœur de la Bretagne paysanne, deux visions du métier d’éleveur laitier se confrontent.
Alors que des Hommes se sont engagés depuis plusieurs années dans une agriculture autonome, durable et performante, le courant majoritaire de la profession reste inscrit dans un modèle de production industriel, fortement dépendant des groupes agricoles et agro-alimentaires…
Les objectifs du film sont multiples. Si les questions relatives aux dérives de la PAC (choix politiques et répartition des aides) sont centrales, il est aussi question des dérives des systèmes coopératifs agricoles. HERBE met alors en lumière les alternatives au modèle productiviste dominant. HERBE désire interroger de manière globale le monde dans lequel nous vivons par l’intermédiaire de l’élevage laitier breton.
En effet, la question agricole devient centrale dans les problématiques politiques actuelles. Alors que l’alimentation d’une partie de la population mondiale est remise en cause, et qu’apparaît toujours plus pressante la nécessité de repenser nos modèles de production et d’approvisionnement, la crise énergétique semble nous pousser à agir vite quant à développer des moyens autonomes de subsistances.
HERBE n’est pas seulement le constat de la fin d’un temps, il rend visible le possible d’un autre moyen de vivre et de construire le monde, un monde autre...

http://www.herbe-lefilm.com/
http://www.naturavox.fr/Sortie-du-film-Herbe-le-18-fevrier-un-road-movie-paysan.html


 Truc 036 


Message original --------
Sujet : KADO "l’ Encyclopédie Anarchiste de Sébastien Faure"
Date : Mon, 23 Feb 2009 20:33:00 +0100
De : jy

Ce remarquable ouvrage de 2893 pages édité en 1934 est la plus
importante contribution au mouvement libertaire en France. Initialement
prévue en cinq volumes, seul le premier fût achevé..........

Le site pour pouvoir naviguer dans l’encyclopédie.
http://www.encyclopedie-anarchiste.org/index.html

L’intégrale en PDF :
http://pdf.encyclopedie-anarchiste.org/


 Dernier Truc 

mercredi 25 février 2009
Règlement de compte Guillon-Aphatie
L’affaire Strauss-Kahn n’en finit pas de faire des vagues. Hier, Stéphane Guillon a méchamment réglé ses comptes avec Jean-Michel Aphatie en direct à 7 h 53 sur France Inter. L’éditorialiste de RTL avait dénoncé son humour « méchant » sur son blog, à la suite de sa chronique, le 17 février, sur les écarts extra-conjugaux de DSK.

http://boko-people.blogspot.com/2009/02/dominique-strauss-kahn-vs-stephane.html
http://www.buzznews.fr/stephane-guillon-vs-jean-michel-apathie


 Fin des Trucs 

Ce message envoyé à un peu plus de 5300 adresses n’est pas un spam.
 Conformément à la loi et aux règlements de la CNIL, l’envoi de truks en vrak ne peût être considérés comme un message de publicité commerciale (spams).

 Stop...
 NB. Si tu/vous ne souhaites(z) plus recevoir de truc en vrac :
 mailto:b.bec@free.fr ?subject=Retrait_liste_Truks_SVP

 
... ou Encore...
 NB. Si tu/vous souhaites(z) continuer à recevoir des truks en vrac :
 mailto:b.bec@free.fr ?subject=Encore_des_Truks_pliz

Si tu/vous ne cliques(z) ni sur Stop ni sur Encor, reception des prochains Truks en vrac dans + ou - 15 à 20 jours...
ce qui laisse largement le temps de prendre connaissance des truks ci-dessus...

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
"Riche de povreté, Povre de richesse" Chomo
http://www.art-insolite.com/pageinsolites/insochomo.htm

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.